Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La fourrure, décomplexée, passe à l'offensive sur tous les fronts

RelaxNews21/09/2012 à 11:51

1809056 Ontario Ltd./shutterstock.com

(AFP) - Un maillot de bain en fourrure sur la plage de Copacabana, impensable ? A voir. L'industrie de la fourrure, un moment paralysée par les mouvements de protection des animaux, est passée à l'offensive pour attirer plus de clients, conquérir de nouveaux marchés et redorer son image.

"En 2010, les ventes mondiales de fourrure représentaient 15 milliards de dollars, c'est 70% de plus en dix ans", se félicite le Britannique Mark Oaten, président de la Fédération internationale de l'industrie de la fourrure (IFTF).

"Il y a dix ans, vous achetiez un manteau en fourrure pour le garder 20 ans, aujourd'hui la fourrure se porte par touches, elle est colorée et de plus en plus légère", dit-il dans un entretien à l'AFP.

Si les consommateurs n'en achètent pas autant, ils en acquièrent régulièrement.

Surtout, à l'image du luxe, la fourrure a conquis de nouveaux territoires comme la Chine, avide du luxe occidental haut de gamme.

En termes de recettes, l'Asie vient même de dépasser l'Europe, avec 6 milliards de dollars en 2010 contre 4,5 milliards, devant la Russie 3 et l'Amérique du nord 1,5.

M. Oaten voit encore de belles années se profiler grâce à la Chine et son vaste marché intérieur, mais aussi la Turquie, les Emirats ou encore le Brésil, en plein boom économique.

"Nous suivons les clientèles riches où qu'elles se trouvent sur la planète alors qu'avant on associait fourrure et pays froids", dit encore le patron de l'IFTF, qui veut "désaisonnaliser" la fourrure. Au Brésil, "nous ne vendrons pas le manteau de grand-mère mais de la mode", explique Mark Oaten.

A la fin des années 80, rappelle Philippe Beaulieu, patron de la Fédération française, "on n'a pas su anticiper les mouvements anti-fourrure, s'adapter aux nouveaux modes de consommation". Résultat : en France, 30% à 40% d'entreprises en moins.

Aujourd'hui, il y en a 200 mais "leur chiffre d'affaires est reparti à la hausse depuis 5 ans, sans retrouver le niveau des années 70", dit-il.

Pour en arriver là, les créateurs, poussés par les éleveurs danois de Saga Furs notamment, ont appris à travailler la fourrure par petites touches, la tricoter, tandis que les innovations technologiques (le laser par exemple) ont fait le reste.

La fourrure, devenue un tissu comme la soie ou le velours, a même fait son apparition dans les collections de printemps-été.

Parallèlement, l'IFTF mène une campagne pour redorer l'image d'une "industrie controversée" selon l'expression de Mark Oaten qui a fait du label OA (Origine assurée) un cheval de bataille.

Le label entend assurer le bien-être des animaux (taille des cages, conditions sanitaires et d'abattage etc). Il assure aussi la traçabilité des peaux, du producteur au détaillant.

De nombreux pays appliquent déjà ces normes, très contrôlées, comme le Danemark, la Finlande, le Canada ou la France, mais pas la Chine, pays où ça va "prendre un certain temps", regrette Philippe Beaulieu.

En attendant, le président de l'IFTF explore d'autres pistes pour voir la fourrure investir les maisons (canapés, coussins etc) et les hommes l'adopter.

L'IFTF va faire de la publicité, qui paraîtra bientôt dans l'hebdomadaire britannique The Economist. Elle sera axée sur le poids économique d'une filière qui emploie près de 2 millions de personnes dans le monde et peut rapporter gros (1er poste d'exportation du Danemark par exemple). "Notre industrie se porte bien partout malgré la récession", insiste M. Oaten.

D'autres campagnes sont programmées mais rien pour convaincre les associations d'arrêter leurs manifestations. "Il y aura toujours des végétariens", conclut M. Oaten.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.