Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La fermeture de Fessenheim s'impose objectivement, selon l'Etat

Reuters09/07/2014 à 20:27

L'ÉTAT JUGE LA FERMETURE DE FESSENHEIM JUSTIFIÉE OBJECTIVEMENT

STRASBOURG (Reuters) - EDF, contraint de fermer une centrale nucléaire d'ici fin 2016, devrait "objectivement" choisir Fessenheim notamment pour des raisons économiques, a estimé mercredi Jean-Michel Malerba, délégué interministériel à la fermeture de la centrale alsacienne.

Sans citer le nom de la centrale alsacienne, le projet de loi de transition énergétique prévoit un plafonnement de la capacité de production nucléaire à son niveau actuel de 63 GW, ce qui obligera EDF à fermer une unité pour compenser la mise en service de l'EPR de Flamanville.

"Fessenheim n'a pas la possibilité d'utiliser du combustible retraité, du Mox, que la France fabrique, alors que les centrales qui ont suivi peuvent le faire. De plus, elle est la première du genre et la plus mauvaise du parc électronucléaire du point de vue des performances économiques", a dit Jean-Michel Malerba lors d'une conférence de presse à Strasbourg.

Contacté par Reuters, l'électricien français n'était pas en mesure de commenter dans l'immédiat.

Jean-Michel Malerba a en outre rappelé que la vallée du Rhin ne constituait pas "un site idéal" du fait d'un risque sismique.

"Autant de raisons qui, objectivement, justifient la fermeture de la centrale de Fessenheim", a-t-il conclu.

Les élus locaux, majoritairement opposés à la mise à l'arrêt de la centrale, doutent de la pertinence d'un choix qui intervient après que les deux réacteurs de 900 MW lancés en'77 ont été déclarés bons pour dix années de plus par l'Autorité de sûreté nucléaire.

"C'est complètement irrationnel, c'est une décision politique. Il y a sans doute d'autres centrales qui mériteraient d'être fermées avant Fessenheim puisqu'elle a été entièrement remise à niveau", a dit à Reuters Claude Brender, maire de la commune hôte de l'usine EDF.

EDF devra annoncer son choix d'ici août 2015 et déposer un dossier de démantèlement dans les deux années qui suivent, soit avant août 2017, a rappelé Jean-Michel Malerba.

Le début du démantèlement de la centrale, un chantier de 500 millions d'euros déjà provisionnés dans les comptes d'EDF, pourrait débuter vers 2019 ou 2020, a-t-il dit.

La centrale de Fessenheim assure actuellement 1,5% la production d'électricité française et la moitié de la production alsacienne.

La région, aujourd'hui excédentaire en électricité à hauteur de 132%, deviendrait déficitaire avec un taux de couverture de ses besoins de 66% assuré en grande partie par les barrages hydrauliques sur le Rhin.

"L'Alsace ne manquera pas d'électricité si Fessenheim venait à fermer", a assuré Patrick Bortoli, directeur de Réseau de transport d'électricité (RTE) Est, précisant que des importations compenseraient le déficit de production.

L'importation de 4.000 gigawatts manquant par année ne devrait pas poser de problème, estime RTE, grâce au maillage de lignes à 400.000 volts qui relient l'Alsace aux régions voisines mais aussi à l'Allemagne et à la Suisse.

RTE a prévu d'investir 50 millions d'euros pour renforcer le réseau en tenant compte de cette nouvelle donne.

(Gilbert Reilhac, édité par Marion Douet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.