Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La fédération agroalimentaire boycotte le ministre

Reuters19/10/2012 à 19:01

PARIS (Reuters) - Le torchon brûle entre le gouvernement et les entreprises de l'agroalimentaire: en témoigne le refus de l'Ania (Association nationale des industries alimentaires) de participer dimanche à l'inauguration du principal salon français du secteur, le Sial, pour protester contre l'augmentation prévue des taxes sur la bière.

Ce sera la première fois que l'Ania n'assistera pas à l'ouverture du Sial, où Jean-René Buisson, le président de la fédération patronale, était attendu aux côtés du ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot.

"Après avoir subi une hausse de taxes de 800 millions d'euros en 2011, le secteur accuse le coup d'une nouvelle taxation punitive sur la bière de 480 millions d'euros", écrit vendredi l'Ania dans un communiqué en annonçant sa décision.

"L'ensemble de la profession est particulièrement choquée par la légèreté avec laquelle ses enjeux sont pris en compte par le gouvernement."

Les Echos rapportent vendredi que, selon des données collectées par l'Ania auprès de ses adhérents, 5.000 emplois et une douzaine d'entreprises seraient menacés au cours des prochaines semaines en France, en incluant les fermetures de sites du groupe volailler Doux.

L'Ania estime à 463 millions d'euros l'augmentation de 160% des droits d'accises sur la bière envisagée par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013, qui viendraient s'ajouter à 800 millions liés à la hausse de la fiscalité en 2011 sur les sodas et les spiritueux. Soit près de 1,3 milliard d'euros au total.

Cité par Les Echos, Jean-René Buisson parle d'une "véritable folie punitive" et refuse de "mettre sur le même pied les produits alimentaires et le tabac ou la drogue".

L'industrie de la bière en France représente un résultat net de 150 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de deux milliards d'euros, selon Les Echos, qui ajoutent en citant l'Ania qu'"avec la taxe envisagée, c'est un cinquième de ce marché qui va disparaître".

La taxe sur la bière a été allégée mercredi lors de l'examen du PLFSS en commission à l'Assemblée nationale.

Le Salon international de l'agroalimentaire se tiendra du 21 au 25 octobre à Villepinte, près de Paris.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Patrick Vignal, édité par Dominique Rodriguez

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.