Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Fed divisée sur le besoin de mesures d'assouplissement

Reuters01/05/2012 à 23:18

La Fed divisée sur le besoin de mesures d'assouplissement

(Reuters) - Quatre responsables de la Réserve fédérale américaine ont exprimé mardi des avis divergents sur l'opportunité d'engager une nouvelle phase d'assouplissement de la politique monétaire pour soutenir l'activité économique.

Dennis Lockhart, le président de la Fed régional d'Atlanta, qui vote cette année lors des réunions de politique monétaire, s'est dit "un peu réticent à ce stade sur l'activation de nouvelles mesures" incluant des achats supplémentaires d'actifs financiers.

De même, le président de la Fed de Richmond, Jeffrey Lacker, a estimé qu'une nouvelle relance monétaire de la part de la Fed ne ferait qu'accélérer l'inflation et ne serait pas très efficace pour activer la croissance et faire baisser le chômage.

Mais leur homologue à la Fed de Chicago, Charles Evans, partisan de longue date d'une nouvelle phase d'"assouplissement quantitatif" (QE), a jugé que la banque centrale disposait d'une "énorme" marge de manoeuvre lui permettant d'assouplir sa politique, notamment parce que les Etats-Unis ne risquent pas selon lui une "flambée" inflationniste.

La Fed a abaissé fin 2008 ses taux d'intérêt pratiquement à zéro et elle a ensuite acheté pour 2.300 milliards de dollars (1.750 milliards d'euros environ) de titres à long terme sur les marchés pour soutenir la croissance, une politique sans précédent dans son histoire.

"Je pense que nous devons étudier désormais l'évolution de la situation économique", a dit Dennis Lockhart sur la chaîne de télévision CNBC, précisant que les derniers indicateurs économiques ne l'avaient pas conduit à revoir ses prévisions.

"Il y a tellement de choses que nous pouvons faire pour stimuler la demande de prêts et modifier l'appétit pour le risque du système financier et des banques", a-t-il expliqué. "Je ne suis donc pas certain qu'en ce moment une augmentation (...) des mesures de soutien, sous forme d'assouplissement quantitatif par exemple, aurait un effet si important que cela."

La banque centrale américaine a réaffirmé la semaine dernière qu'elle prévoyait de maintenir des taux "exceptionnellement bas" au moins jusqu'à la fin 2014.

Jeffrey Lacker, seule voix dissidente lors des trois réunions de la Fed qui ont eu lieu depuis le début de l'année, est opposé à la volonté de la banque centrale américaine de maintenir les taux d'intérêt proches de zéro au moins jusqu'à la fin 2014.

Le président de la Fed de Richmont, très vigilant sur l'inflation, estime que la croissance économique va se raffermir au fil de l'année malgré le taux plus faible que prévu de 2,2% annoncé pour le premier trimestre.

Il estime en particulier que la fermeté des dépenses de consommation est de bon augure. Pour lui, les taux devront monter vers la mi-2013 pour contrer l'inflation.

Pour Charles Evans, en revanche, "un effet bénéfique de nouveaux achats d'actifs serait d'exprimer l'idée que nous sommes déterminés à maintenir une politique très souple pendant le temps nécessaire pour remettre en marche l'économie".

"Des achats supplémentaires réaffirmeraient cet engagement, au-delà de l'effet lui-même de ces achats sur les taux à long terme", a-t-il ajouté.

Charles Evans a plaidé pour l'adoption d'un "coussin" d'inflation qui serait autorisée jusqu'à 3% qui permettrait aux autorités de soutenir la croissance.

Pour Dennis Lockhart, l'inflation peut dépasser "un peu" les 2%. Il dit en revanche qu'il serait préoccupé si elle devait être de 3% ou plus.

De son côté, John Williams, président de la Fed de San Francisco, a estimé qu'une nouvelle phase d'assouplissement quantitatif pourrait être nécessaire si le taux de chômage restait "bloqué" autour de 8% ou si l'inflation tombait sous l'objectif de 2% que s'est fixé la banque centrale.

S'exprimant lors d'une conférence à Los Angeles, il a précisé ne pas s'attendre à ce qu'une telle initiative soit nécessaire.

Pedro Nicolaci da Costa et Tim Reid; Marc Angrand et Danielle Rouquié pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.