1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La faim ne doit pas être une arme de guerre, dit le pape
Reuters13/06/2016 à 15:15

    ROME, 13 juin (Reuters) - Le pape s'est indigné lundi que la 
faim puisse être utilisée comme "arme de guerre" et a déploré 
que le matériel militaire circule plus facilement que la 
nourriture, lors d'une visite au siège du Programme alimentaire 
mondial (Pam), à Rome.  
    "Alors que diverses formes d'aide et des projets de 
développement sont bloqués par des décisions politiques 
incompréhensibles, des motifs idéologiques et des barrières 
douanières infranchissables, l'armement ne l'est pas", a-t-il 
déclaré.  
    "Dans certains cas, la faim elle-même est utilisée comme une 
arme de guerre. (Les armes) circulent avec une liberté presque 
absolue un peu partout dans le monde. Cela nourrit les guerres, 
mais pas les gens. 
    "Nous avons transformé les fruits de la Terre - un cadeau 
pour l'humanité - en denrées réservées à quelques uns, ce qui 
engendre l'exclusion. Le consumérisme dans lequel s'enlisent nos 
sociétés nous habitue aux excès et à jeter quotidiennement de la 
nourriture. Nous devons nous rappeler que la nourriture jetée 
et, en un sens, volée à la table des pauvres et des affamées", a 
ajouté le souverain pontife. 
    Des vivres ont pu être acheminées vendredi à Daraya, ville 
assiégée de Syrie qui était privée d'aide alimentaire depuis 
2012.   
    Ban Ki-moon, secrétaire général de l'Onu, a par ailleurs 
accusé en janvier les forces gouvernementales comme les rebelles 
d'affamer sciemment les populations civiles.  
     
 
 (Philip Pullella, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer