Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La droite anti-immigration remporte les législatives en Suisse

Reuters19/10/2015 à 08:51

* Le parti anti-immigration UDC reste le premier parti * Il obtient 29,4% des suffrages, mieux que prévu * Le Parti libéral-radical (PLR) gagne aussi du terrain (Actualisé avec les chiffres officiels, précisions chambre haute) par Joshua Franklin ZURICH, 19 octobre (Reuters) - L'Union démocratique du centre (UDC), parti de la droite anti-immigration, a remporté les élections fédérales de dimanche en Suisse, confortant sa place de premier parti politique du pays. Selon une décompte définitif diffusé par la Radio Télévision Suisse (RTS), l'UDC a remporté 29,4% des suffrages. En 2011, l'UDC avait obtenu 26,6% des voix et les sondages lui prédisaient environ 28% des suffrages. Après l'avancée de l'UDC, couplé à celle du Parti libéral-radical (PLR), favorable aux milieux d'affaires, les commentateurs évoquaient lundi matin un "Rechtsrutsch", un glissement vers la droite du paysage politique suisse. La campagne électorale a été dominée par le thème de l'immigration en Europe face à l'afflux de réfugiés en provenance du Proche-Orient et d'Afrique du Nord. "Le vote a été clair", a déclaré le président de l'UDC Toni Brunner à la télévision. "Les gens s'inquiètent de l'immigration de masse en Europe." Selon la RTS, l'UDC gagnerait onze sièges pour totaliser 65 élus au Conseil national, la chambre basse du Parlement qui compte 200 élus. Le Parti socialiste finit deuxième avec une légère hausse de 0,1 point de son pourcentage de voix (18,9%), mais perdrait trois sièges, à 43. Le PLR, troisième parti du pays derrière le Parti socialiste, en gagnerait trois, avec 33 élus. LES "VOTATIONS" RÉDUISENT L'IMPORTANCE DU SCRUTIN Le système de démocratie directe, qui permet aux Suisses de se prononcer lors de "votations" (référendums populaires) sur les grandes questions politiques, quelle que soit la composition de l'Assemblée fédérale (parlement), tend cependant à réduire l'importance du scrutin. Il y a vingt mois, en février 2014, les électeurs suisses ont voté à une courte majorité une "initiative" soutenue par l'UDC en faveur de la réintroduction de quotas d'immigration avec l'Union européenne. Ce résultat oblige le gouvernement à transformer cette initiative en loi dans un délai de trois ans. Le parti de droite ne compte qu'un ministre au sein du Conseil fédéral, le gouvernement helvétique, celui de la Défense, de la Protection de la population et des Sports, Ueli Maurer. L'UDC aimerait y avoir un deuxième représentant. "Je demande solennellement que les trois plus grands partis aient chacun deux sièges et que le quatrième en ait un", a déclaré Toni Brunner. Malgré sa victoire annoncée, les spécialistes jugent peu probable que l'UDC soit en mesure de chasser du ministère des Finances Eveline Widmer-Schlumpf. Au Conseil des Etats (chambre haute), qui compte 46 membres, un second tour aura lieu dans 19 circonscriptions. L'UDC, qui n'y est que la quatrième force, devrait se contenter de conserver ses cinq sièges. Le Parti socialiste devrait en perdre cinq pour tomber à six. L'Assemblée fédérale choisira en décembre les sept membres du Conseil fédéral. (Guy Kerivel, Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.