Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La droite accuse François Hollande de vouloir spolier les riches

Reuters28/02/2012 à 13:20

LA DROITE DÉNONCE LA PROPOSITION DE FRANÇOIS HOLLANDE DE TAXER LES PLUS RICHES

PARIS (Reuters) - "Spoliation", "fuite en avant fiscale" : la droite a vivement critiqué mardi la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus annuels au-delà d'un million d'euros, lui préférant la transparence des hauts revenus.

En déplacement au Salon de l'agriculture, le candidat socialiste à l'élection présidentielle du printemps a défendu sa proposition au nom du "patriotisme".

"J'avais depuis longtemps cette idée face à des rémunérations qui peuvent être excessives, parfois même indécentes", a-t-il déclaré lors d'un point presse, évoquant les dirigeants dont les salaires sont supérieurs à 100 smic.

"C'est un signal qui est envoyé, c'est aussi un message de cohésion nationale. Lorsqu'il y a des efforts à faire (...) il est nécessaire que ceux qui sont au plus haut dans la hiérarchie sociale (...) fassent aussi acte de patriotisme", a-t-il ajouté.

Dénonçant une "course à l'échalote", le ministre de l'Économie François Baroin s'est demandé pourquoi le candidat socialiste avait choisi ce seuil de 75%, estimant que cette mesure était "marginale" et "symbolique".

"C'est un message d'encadrement global et c'est un message presque de spoliation par rapport à l'effort produit", a-t-il estimé sur France Inter.

"Ce qu'il faut, c'est que ça soit transparent", a-t-il ajouté, préférant pour sa part la validation des hauts salaires par l'ensemble des actionnaires de l'entreprise, mesure proposée par le président sortant Nicolas Sarkozy.

Même position du côté du ministre des Affaires étrangères.

"C'est la fuite en avant fiscale, la confiscation fiscale," a déclaré Alain Juppé sur RTL. "Monsieur Hollande donne le sentiment qu'il rame (...) pour suivre le flux de Sarkozy", a-t-il ajouté.

UN "COUP MÉDIATIQUE" POUR LE PEN

Marine Le Pen a pour sa part estimé qu'il s'agissait d'un "coup médiatique" destiné à "la gauche de la gauche", et le candidat centriste François Bayrou a estimé que cette proposition pousserait à l'exil de nombreux Français.

"Je crois que c'est Audiard qui avait une phrase un peu rude qui disait 'le déconomètre fonctionne à plein tube'. 75%, plus la Contribution sociale généralisée, plus l'impôt sur la fortune, cela veut dire que l'on est à près de 100% d'imposition d'un certain nombre de sommes", a-t-il dit sur BFM TV.

"Il va se passer que ces gens vont aller se payer à l'étranger. (...) Au bout du compte la France n'y gagnera pas, elle y perdra."

La gauche a pour sa part défendu une mesure jugée "juste". Ségolène Royal y a vu un "signal fort", tandis que Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat socialiste à l'élection présidentielle s'est dit sur France Inter "surpris (...) que ça surprenne".

Pourtant, la veille au soir, Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l'Assemblée nationale et membre influent de l'équipe de François Hollande, semblait ne pas avoir entendu parler de cette nouvelle mesure fiscale. Interrogé sur France 2 juste après l'annonce du candidat socialiste, il a dit attendre "de voir un peu ce qu'il en est vraiment."

PAS DE COUAC, DIT HOLLANDE

Malgré tout, François Hollande a rejeté mardi l'idée d'un couac au sein de son équipe.

"Je suis le candidat (...) et les Français attendent que je fixe la direction", a-t-il dit.

Adversaire autoproclamé de la "richesse indécente", le candidat socialiste s'est prononcé lundi soir sur TF1 pour l'instauration d'un taux d'imposition de 75% pour la tranche de revenus au-delà d'un million d'euros par an.

Sous la pression de la crise et de l'opinion publique, le gouvernement a fait supprimer en juillet dernier le "bouclier fiscal" qui avait été renforcé en juillet 2007 afin de plafonner l'imposition à 50% des revenus. Ce dispositif était vivement critiqué par l'opposition, qui le qualifiait "de cadeau fait aux riches", mais également par une partie de la majorité.

Pour le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, la nouvelle proposition de François Hollande illustre la différence entre le président et le candidat PS.

"Hollande veut (...) qu'il y ait moins de riches. Sarkozy veut qu'il y ait moins de pauvres", a-t-il estimé mardi sur Europe 1.

Lundi, le duel entre les deux favoris des sondages a investi le terrain de leurs relations avec le monde de la finance.

Récusant l'étiquette de "président des riches" qui lui est accolée par ses détracteurs depuis le début du quinquennat, le président-candidat a riposté en évoquant les liens entretenus par François hollande avec certains patrons et financiers.

Chine Labbé, avec Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.