1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« La droite a cessé d'être audible sur tous les grands sujets »
Le Monde17/06/2019 à 03:31

Le professeur de science politique Philippe Raynaud estime, dans une tribune au « Monde », que l'échec du parti Les Républicains aux européennes est le fruit d'une longue accumulation d'erreurs, ainsi que de l'incertitude qui entoure l'identité de cette formation.

La crise de la droite « républicaine » déclenchée par les élections européennes est d'autant plus aiguë que, pendant la campagne électorale en vue du scrutin, les sondages avaient annoncé un score honorable, de l'ordre de 14 %, pour la liste conduite par François-Xavier Bellamy. Cette prévision semblait valider la stratégie de Laurent Wauquiez, qui reposait tout entière sur l'idée de la solidité d'un électorat conservateur qui s'était reconnu en 2017 dans la candidature de François Fillon, dont l'échec dès le premier tour ne pouvait s'expliquer, aux yeux de ses partisans, que par ses mésaventures judiciaires.

De ce point de vue, l'élection d'Emmanuel Macron n'était qu'un accident passager dans une France de plus en plus « à droite », qui ne tarderait pas à retirer sa confiance à un président mal élu et qui devrait donc tôt ou tard se rallier à des Républicains solidement ancrés à droite. Cette stratégie a échoué lors des européennes du 26 mai, qui ont démenti tous les postulats sur lesquels elle reposait.

Près du quart des électeurs de François Fillon ont choisi de voter pour La République en marche, qui devance largement Les Républicains chez les catholiques pratiquants (37 % contre 22 %). La droite républicaine n'a eu aucun succès ni chez les sympathisants du Rassemblement national, ni, bien entendu, chez les amis des « gilets jaunes » : elle n'a rien gagné dans les classes populaires et elle a beaucoup perdu dans l'électorat de l'ouest parisien, de Neuilly et de Vers...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • homlib
    17 juin09:26

    Une autre scission : entre Europe fédérale et Europe des Nations. Les républicains sont tombés dans le fédéralisme, en oubliant l'esprit du gaullisme et la souveraineté nationale. Vassalité à Washington et vassalité à Bruxelles, c'est cher payé pour les Français et la crédibilité de notre pays.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer