Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La direction de la SNCM en appelle au couple exécutif

Reuters24/04/2014 à 18:44

LA DIRECTION DE LA SNCM EN APPELLE À FRANÇOIS HOLLANDE ET MANUEL VALLS

par Jean-François Rosnoblet

EILLE (Reuters) - La direction de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) a demandé jeudi à François Hollande de nommer un coordinateur pour empêcher l'actionnaire majoritaire de "saborder" la compagnie maritime confrontée à de graves difficultés financières.

La direction de l?entreprise et son actionnaire majoritaire s?affrontent ouvertement depuis plusieurs mois sur l?avenir de la SNCM, que l'Union européenne a condamnée à rembourser 440 millions d?euros d'aides d'Etat jugées illégales.

"Il faut une personnalité au plus haut niveau de l'Etat car ce dossier ne doit pas se gérer dans la crise", a déclaré le président du directoire, Marc Dufour, à des journalistes.

Un des avocats de la SNCM, Jean-Pierre Mignard, a expliqué que la société demandait "solennellement au président de la République et au Premier ministre de prendre en considération la gravité de ce dossier. Il n'est pas acceptable de laisser la SNCM se saborder dans les conditions que certains envisagent".

La SNCM, qui assure notamment les dessertes avec la Corse, est détenue par Transdev (Caisse des dépôts et Veolia), avec 66% du capital, l'Etat (25%) et les salariés (9%).

Les parties s'opposent aussi sur la mise en place d'un plan de restructuration prévoyant la suppression de 500 emplois sur 2.600 et le renouvellement de la flotte avec l'achat de quatre navires qui grèverait encore les comptes de la compagnie.

La direction et son actionnaire majoritaire se sont même retrouvés la semaine dernière devant le tribunal de commerce de Marseille, qui a débouté Transdev et l?a empêché d?obtenir une gouvernance de l?entreprise plus favorable à ses intérêts.

VEOLIA VEUT SE DÉSENGAGER

Le président de Veolia Environnement, Antoine Frérot, a réaffirmé dans une interview publiée mercredi sur le site d'information La Bourse et la vie son intention de se désengager.

"Veolia ne remettra pas d'argent dans la SNCM tant qu'une solution définitive et viable de cette entreprise ne sera pas trouvée", a-t-il dit. "Aujourd'hui nous pensons que ce n'est pas le cas, d'abord parce que les amendes de Bruxelles pèsent sur sa tête et qu'un jour ou l'autre elles seront exigibles et que tout argent remis aujourd'hui dans l'entreprise le serait en pure perte parce que le jour où les amendes seront exigibles, l'entreprise capotera."

Pour Jean-Pierre Mignard, "les personnes ne se parlent plus, nous sommes arrivés à un niveau de défiance tel que les caractères des uns et des autres s?entrechoquent."

L?avocat plaide pour la nomination d?une personnalité aux pouvoirs renforcés qui pourrait être le secrétaire d?Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier.

La SNCM estime que l?Etat est engagé en sa qualité d?actionnaire indirect à travers la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui pourrait monter provisoirement au capital, mais aussi comme puissance publique et actionnaire direct, et comme garant des équilibres territoriaux et sociaux.

Les aides dont le remboursement est réclamé par Bruxelles ont été versées lors de la privatisation de la SNCM en 2006 et pour assurer ses obligations de service public, qui perturbent la concurrence selon la Commission européenne.

DUFOUR REFUSE "L'EUTHANASIE" DE LA SNCM

Une lecture contestée par Marc Dufour, qui estime qu?il faudra entre cinq et sept ans pour purger les contentieux avant une décision définitive de la Cour de justice de l'UE.

"Le temps juridique n?est pas celui de l?entreprise. Cela ne peut pas entraîner la disparition de la SNCM, on ne peut pas euthanasier la compagnie", dit le président du directoire. "Aujourd?hui, ce sont deux thèses qui s?affrontent: la continuité ou la discontinuité. Cette entreprise a-t-elle le droit de vivre ou est-elle condamnée à mourir?"

Pour l?instant, les contentieux européens compliquent les discussions entre les actionnaires et mettent un frein à une reprise de la compagnie par un investisseur extérieur tel le que le groupe norvégien Siem, qui a exprimé son intérêt mais n'entend pas supporter le passif des remboursement des aides.

"Nous savons que Veolia et Transdev veulent quitter le projet, mais nous avons un investisseur qui y croit et qui piétine depuis un an à la porte. Nous ne pouvons attendre que le contentieux européen soit purgé", dit Marc Dufour, qui estime entre 120 et 150 millions d?euros le montant à rembourser.

La question du contentieux européen sera indirectement inscrite à l?ordre du jour du prochain conseil de surveillance de la SNCM, le 26 avril, avec l?examen de l?exercice 2013 de la société, dont les comptes n?ont toujours pas été certifiés en raison du provisionnement de plus de 600 millions d?euros réclamé par les commissaires aux comptes.

Marc Dufour, dont le mandat arrive à échéance au 31 mai, a annoncé qu'il allait provisionner "les risques qui méritent de l?être, notamment une partie des créances et le coût du pacte social et de la restructuration de l?entreprise, soit un montant compris entre 40 et 50 millions d?euros".

(Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.