Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La déprime des ménages tempère l'espoir de reprise

Reuters27/06/2013 à 14:49

LA CONFIANCE DES MÉNAGES

PARIS (Reuters) - La confiance des ménages français a encore baissé en juin pour s'établir à un niveau jamais constaté dans les statistiques, un résultat qui tempère l'espoir de reprise économique né de l'amélioration des indicateurs sur l'activité des entreprises.

Selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee, l'opinion des ménages sur leur niveau de vie futur a encore baissé pour établir un nouveau point bas. Les perspectives d'évolution du chômage se sont selon eux encore aggravées, ce qui s'accompagne d'une hausse du sentiment sur l'opportunité d'épargner et d'un recul de celui sur l'opportunité d'effectuer des achats importants.

L'écart entre opportunité d'épargner et opportunité de faire de tels achats reste proche de ses plus hauts niveaux, ce qui devrait peser davantage encore sur la consommation, après des baisses en avril et au premier trimestre, malgré une hausse du pouvoir d'achat sur les trois premiers mois de l'année.

La pression négative sur la consommation pourrait encore être accrue par les hausses des impôts qui toucheront les ménages dans la deuxième partie de l'année.

En juin, l'indicateur de la confiance des ménages est ressorti bien inférieur à la prévision moyenne des économistes, l'indice perdant un point à 78 contre 81 attendu en moyenne.

Ce recul, qui place cet indice à un nouveau plus bas dans les statistiques de l'Insee qui remontent à 1972, tranche avec l'amélioration de plusieurs indicateurs d'activité qui font espérer aux économistes et au gouvernement une sortie graduelle de la récession actuelle.

Le climat des affaires s'est ainsi légèrement amélioré en juin, avec notamment un mieux dans l'industrie, les indicateurs PMI des directeurs d'achats montrent un ralentissement de la contraction dans l'industrie comme dans les services en juin et la production industrielle a rebondi en avril.

Dans sa note de conjoncture trimestrielle publiée jeudi dernier, l'Insee prévoit un léger rebond de l'activité au deuxième trimestre (+0,2%) suivi d'une stagnation au troisième et d'une progression de 0,1% au quatrième.

Les chiffres du chômage de mai publié mercredi ont quant à eux constitué une bonne surprise, avec une interruption de la hausse continue du nombre de demandeurs d'emploi depuis deux ans. Seulement 100 chômeurs supplémentaires étaient inscrits dans la catégorie la plus regardée, et 3.600 de moins en comptant ceux ayant exercé une activité réduite.

Le ministère du Travail a cependant immédiatement prévenu que "cette stabilisation de mai s'inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir" et que "ce résultat n'est pas encore le retournement" de la courbe du chômage d'ici fin 2013 que s'est fixé comme objectif François Hollande.

Selon l'indicateur de la confiance des ménages, l'opinion de ces derniers sur leur situation financière passée a augmenté d'un point en juin, celle sur leur situation financière future est stable, et celle sur l'opportunité de faire des achats importants a baissé d'un point.

L'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne actuelle recule d'un point et celle sur leur capacité à épargner dans les mois à venir perd trois points. Les ménages sont un peu plus nombreux à considérer opportun d'épargner (+2 points), ce solde restant "largement au-dessus" de sa moyenne de longue période.

Les perspectives d'évolution du niveau de vie continuent de baisser (-2 points), atteignant un nouveau minimum historique et les ménages sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage, le solde gagnant deux points.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Joanny


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.