1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La délinquance a baissé de plus de 4% à Marseille en 2013
Reuters17/01/2014 à 21:18

MARSEILLE N'EST PAS LA CAPITALE DE L'INSÉCURITÉ, SELON LE PROCUREUR

MARSEILLE (Reuters) - Le procureur de Marseille a annoncé vendredi une baisse de plus de 4% de la délinquance en 2013 dans la cité phocéenne, déniant à la deuxième ville de France le titre de "capitale de l'insécurité".

Lors de l'audience de rentrée judiciaire du tribunal de grande instance de Marseille, Brice Robin a fait état de 99.239 faits délictueux en 2013 contre 103.499 en 2012, soit une baisse de 4,12%.

"Selon certains, Marseille serait la capitale de l'insécurité. C'est tout simplement faux", a affirmé le magistrat. "On est certes dans le peloton de tête, mais on n'est pas plus en insécurité à Marseille qu'à Paris, Lyon, Nice ou Toulouse".

"La ville de Lyon est numéro un pour les usages de stupéfiants et c'est Paris qui arrive en tête pour les vols à main armée. Les ports d'armes prohibés sont plus nombreux à Lyon qu'à Marseille", a-t-il précisé, insistant sur les 42 homicides volontaires recensés l'an dernier en Guadeloupe.

Selon le magistrat, la délinquance sur la voie publique a baissé de 8,5% dans la cité phocéenne, les vols avec violences de 20,51% et les violences contre les personnes de 12,41%.

"Cela représente 4.855 victimes d'agression physique de moins qu'en 2012, soit 13 victimes de moins chaque jour de l'année", a dit le procureur.

Les actions menées en 2013 dans 27 cités sensibles de la ville ont permis l'interpellation de 2.229 personnes, dont 613 pour des affaires de stupéfiants et 263 qui étaient recherchées par la justice.

"La violence est toujours trop présente sur notre territoire et les règlements de comptes entre trafiquants de produits stupéfiants toujours trop importants", a reconnu Brice Robin.

En 2013, 17 règlements de comptes mortels ont été recensés dans le département des Bouches-du-Rhône, dont 15 à Marseille, la plupart sur fond de rivalités liées au trafic de stupéfiants dans les cités sensibles de la ville.

Jean-François Rosnoblet, édité par Sophie Louet

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • olyve54
    18 janvier06:05

    un procureur sauto-satisfecit et déclare que les marseillais sont en sécurité. ....je savais la justice de gauche, mais faire allégeance publiquement de son soutien au gouvernement socialiste quelques semaines avant des échéances electorales est vraiment pathétique. Churchill disait je ne crois pas aux chiffres sauf à ceux que j ai moi meme corrigé.....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer