1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La défiance des Français envers la classe politique atteint des sommets
Boursorama avec AFP11/01/2019 à 14:37

"Méfiance" et "dégoût" sont les premiers mots qui viennent à l'esprit des Français lorsqu'ils pensent à la politique. Selon le baromètre annuel Cevipof-OpinionWay, la confiance des Français dans les institutions politiques et leurs dirigeants n'a jamais été aussi basse.

( POOL/AFP / LUDOVIC MARIN )

Jamais les Français n'avaient exprimé une telle défiance envers les institutions politiques et leurs représentants. Selon le baromètre du Cevipof publié vendredi 11 janvier dans Le Figaro, seuls les maires tirent leur épingle du jeu, alors que la crise des "gilets jaunes" secoue le pays depuis près de deux mois. 58 % des personnes interrogées leur font confiance ( + 3 points).

Arrivent ensuite les conseillers déparmentaux, les conseillers régionaux, les députés, le Premier ministre, le président et les députés européens. Tous ont vu leur score baisser. La confiance dans le président Emmanuel Macron est à son plus bas niveau (23 %), soit 13 points de moins que l'an passé, ainsi que celle du Premier ministre Edouard Philippe (25 %) qui perd 11 points, selon le baromètre.

LA MANIFESTATION DANS LA RUE EN NETTE PROGRESSION

Lassitude (32 %, +7), morosité (31 %, +8) et méfiance (29 %, +4) sont les trois mots qui expriment le mieux actuellement l'état d'esprit des Français. Ils portent un regard sévère sur la politique qui leur inspire très majoritairement des sentiments négatifs : méfiance (37 %, -2) et dégoût (32 %, +7) sont ainsi les deux mots qui arrivent en premier pour évoquer la politique.

Autre conséquence de cette profonde défiance des Français à l'égard des institutions, le vote aux élections est en recul de 6 points (55 %) quand il s'agit de permettre aux Français d'exercer le plus d'influence. Manifester dans la rue fait un bon spectaculaire et gagne 16 points (42 %).

La confiance dans les syndicats (27 %), les médias (23 %) ou les partis politiques (9 %) stagne également à des niveaux très bas, alors qu'en revanche les hôpitaux (78 %), les PME (78 %), l'armée (74 %), la police (74 %) ou l'école (69 %) restent très majoritairement appréciés. Seuls 27 % des sondés estiment que la démocratie fonctionne bien en France (moins 9 points en un an) et à peine 14 % (moins 2 points) jugent que les responsables politiques se préoccupent de ce que les "gens comme vous" pensent.

Enquête réalisée en ligne par Opinionway du 13 au 24 décembre 2018 auprès de 2.116 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,2 points.

35 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    12 janvier07:34

    De toute manière in fine c'est le peuple qui parlera avec ses armes et à l'instant présent on peut dire que le macronisme est sur son déclin.

    Signaler un abus

  • lsleleu
    11 janvier17:48

    Quand un président sans expériences est entourés de conseillers sans expériences et d'une chambre de députés sans expériences et "aux ordres" voila le résultat !

    Signaler un abus

  • CHANOMAR
    11 janvier17:22

    Ah quand sur le forum Macron qui fait de ma politique depuis quelques années ne peut être la cause de toute cette gabegie une blague imbue de sa personne le premier de corder la haine à tous les étages avec comme complice Grivau Castaner plein de haine pour sortir de leurs bourbiers

    Signaler un abus

  • rodde12
    11 janvier17:19

    Pour en revenir à micron il n'a pas été plus menteur que les autres. Il a été plus convaincant. Et ça ce n'est pas pardonné. On ne pardonne jamais aux autres les fautes qu'on a commises soi-même.

    Signaler un abus

  • rodde12
    11 janvier17:17

    Les riches sont riches par ce qu'ils ont su apporter aux autres ce dont ils avaient besoin. Les pauvres sont pauvres par ce qu'ils se sont contentés de prendre ce qu'on leur donnait. Le premier qui a semé des graines a récolté et mangé celui qui passait soit à volé soit à mendié. il aurait pu faire la même chose que celui qui a semé. pourquoi ne l'a il pas fait la deuxième et troisième année? L'idée ne coutait rien. La mentalité de mendiant ou de pillard n'a jamais enrichi.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer