1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La défense européenne, victime des frappes en Syrie

Le Point15/04/2018 à 11:10

Comment créer une Europe de la défense, dès lors que l'Allemagne ne souhaite pas engager son armée sur le théâtre international ?   (crédit : AURORE BELOT)

Les frappes militaires occidentales samedi en Syrie ont fait une victime collatérale : la défense européenne. L'épisode a montré que, dès qu'il s'agit d'opérations de combat, l'Union européenne est encore et toujours aux abonnés absents. La France et le Royaume-Uni, qui ont participé aux bombardements aux côtés des États-Unis, restent les deux seules puissances capables d'user de la force au-delà des frontières européennes rapidement, efficacement et conjointement. Au moment où Londres s'apprête, dans moins d'un an, à quitter l'UE, cela laisse la France pratiquement seule à porter sur ses épaules le poids de la défense européenne pour l'avenir prévisible.

Le refus abrupt exprimé par Angela Merkel, deux jours avant les frappes en Syrie, de toute participation de la Bundeswehr à l'opération envisagée, même de façon symbolique ou conditionnelle, a montré toute l'ambiguïté du projet porté par Emmanuel Macron de construire une défense européenne avec Berlin. Soixante-treize ans après la défaite du nazisme, l'usage de la force reste, pour l'Allemagne, un concept étranger à son action diplomatique dans le monde. Et par voie de conséquence, c'est le cas pour l'Union européenne dans son ensemble.

Un couple franco-britannique à l'action

La France a pris l'habitude, depuis les accords franco-britanniques de 1998 et surtout depuis le sommet Chirac-Blair du Touquet en 2003, de compter sur le...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • raich2
    15 avril14:16

    NDDL avait un sens avant la décision de construire un aéroport. Le projet ayant été abandonné, pourquoi défendre ce lopin de terre ? Qui le revendique ? Ceux qui n'ont pas vendu reviendront, Ceux qui ont vendu demandons l'annulation de la vente, mais les autres, ceux qui squatent que font-ils ? si c'est pour semer le désordre ..... Alors il faut les dégager ou alors je n'ai pas compris.

    Signaler un abus

  • nayara10
    15 avril13:02

    On s'apperçoit vite qu'a NDDL 2500 hommes armés et accompagnés de véhicules blindés et autres ,on mis avec plus de six jours à gaser 200 dont 180 en soins hospitalier .Ils ont tirés plus de 4500 grosses grenades à gas toxiques ...Pas fier le Kolombin avec Richard le Barbu...Merkoula n'est pas folle .Faite la guerre ,nous on vous vend les armes et les munitions....En ,ça fait monter l'€uro et notre commerce dit-elle à son peuple...

    Signaler un abus

  • pmondet
    15 avril11:34

    Comment va-t'on faire pour créer une défense Européenne avec cette Allemagne? De plus si les Anglais feront défautdans l'aide qu'ils nous apportent, la France va se retrouver bien seule !!!

    Signaler un abus

  • mxnagg
    15 avril11:23

    Le But de l'Europe c'est de faire payer des Taxes et des Impots, et Absolument PAS s'occuper de Securitee, Sante ou Education.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.