Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La défense de l'ex-trader Jérôme Kerviel plaide la relaxe

Reuters28/06/2012 à 22:12

La défense de l'ex-trader Jérôme Kerviel plaide la relaxe

par Aymeric Parthonnaud

PARIS (Reuters) - La défense de l'ancien trader de la Société générale Jérôme Kerviel, jugé en appel à Paris pour une perte de 4,9 milliards d'euros en 2008, a demandé jeudi sa relaxe en le présentant comme un homme "normal" victime de la banque.

Ses avocats ont contesté le portrait de "pervers manipulateur" brossé la veille par l'accusation qui demande cinq ans de prison ferme. Les avocats ont contesté qu'il ait agi seul, maintenant la thèse d'un complot de la banque. La cour a mis sa décision en délibéré au 24 octobre.

Dans une plaidoirie de plusieurs heures, Me David Koubbi a estimé que la banque avait "pourri" l'âme du trader. Jérôme Kerviel a pris une dernière fois la parole pour nier tout délit.

"Ce qui m'a été volé, c'est quatre ans de ma vie, la santé de ma mère et mon nom. Je demande pardon aux salariés de la Société Générale qui ont vécu une période difficile. Je remercie mon équipe de défense", a-t-il dit.

L'audience a été mouvementée, puisque la cour a du interrompre Me Koubbi en pleine plaidoirie, Jérôme Kerviel étant victime d'un malaise.

David Koubbi, dont le visage était tuméfié à la suite d'une altercation la veille sans rapport avec le dossier, est venu ostensiblement à l'audience avec l'écrivain Tristane Banon.

Il avait défendu l'an dernier la cause de cette jeune femme qui dit avoir été victime d'une tentative de viol de Dominique Strauss-Kahn en 2003. Le parquet a classé sans suite la procédure pour cause de prescription mais a jugé l'agression sexuelle établie.

Dans sa plaidoirie, David Koubbi a tenté un parallèle entre les deux affaires. "On dit Jérôme Kerviel, l'affaire Kerviel. Jérôme Kerviel que l'on prononce en un seul mot : Jérôme-Kerviel. C'est comme Tristane Banon : Tristane-Banon". Il estime qu'on a porté un regard erroné sur la Société générale comme on l'a fait sur l'ancien directeur général du FMI.

Ses proches ont applaudi sa plaidoirie à la fin. La présidente de la cour les a rabroués, déclarant : "On n'est pas dans une salle de spectacle".

CINQ ANS DE PRISON REQUIS

Auparavant, deux associés de David Koubbi avaient plaidé.

"On lui a fait jouer le rôle de lampiste. Jérôme Kerviel est un bouc émissaire. Jérôme Kerviel est un gentil garçon, un employé modèle, un homme honnête. Ce n'est pas un génie de la finance", a dit Me Benoît Pruvost.

"Jérôme Kerviel a été décrit comme un hamster dans sa roue. Il est sorti de sa roue et nous vous demandons aujourd'hui de le sortir de sa cage", a-t-il conclu.

Mercredi, l'accusation a demandé la peine maximale de cinq ans de prison ferme. L'avocat général a rappelé par ailleurs que la jurisprudence imposait en théorie à la cour d'imputer en totalité le remboursement du préjudice subi par la banque au prévenu, même s'il ne pouvait pas le payer.

Le jeune homme de 35 ans admet avoir pris des positions vertigineuses de 30 milliards d'euros en 2007, puis de 50 milliards en 2008, en les masquant par d'autres ordres fictifs censés couvrir le risque. Il admet aussi avoir répondu par des faux courriels aux interrogations sur son travail.

Le chiffre de 4,9 milliards d'euros de perte, atteint après le "débouclage" en urgence en janvier 2008 de ses positions à risque, reste à ce jour le plus élevé de l'histoire de la finance.

Après avoir soutenu à son premier procès que sa hiérarchie était au courant, il est passé à une autre version en appel. La banque l'aurait laissé perdre, couvrant ses pertes au sein d'un "desk occulte", dans l'idée de lui imputer les pertes qu'elle prévoyait sur les "subprimes", produits financiers liés aux crédits immobiliers américains à risque.

Aucune preuve n'a été présentée. L'accusation répond qu'il ment et considère qu'il a agi seul, avec le mobile psychologique d'être "plus fort que les marchés".

Aymeric Parthonnaud avec Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.