Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Crimée se rapproche de la Russie, Kiev s'indigne

Reuters06/03/2014 à 20:24

LE PARLEMENT DE CRIMÉE VOTE LE RATTACHEMENT À LA RUSSIE

par Alissa de Carbonnel et Natalia Zinets

SIMFEROPOL Ukraine (Reuters) - Le parlement de Crimée, région russophone d'Ukraine au coeur de la crise entre Moscou et Kiev, a voté jeudi le rattachement de la péninsule à la Russie, qui sera soumis à référendum dans dix jours, tandis que les dirigeants des Vingt-Huit se retrouvaient à Bruxelles pour un conseil européen extraordinaire consacré à la crise.

Arseni Iatseniouk, Premier ministre du gouvernement provisoire ukrainien mis en place après la chute de Viktor Ianoukovitch, n'a pas tardé à dénoncer une initiative illégitime et sans fondement légal, dont Kiev estime qu'elle est coordonnée par le Parlement russe.

Cette nouvelle accélération brutale du cours des événements en Ukraine intervient alors que John Kerry et Sergueï Lavrov ne parviennent toujours pas à s'entendre.

Le secrétaire d'Etat américain et le ministre russe des Affaires étrangères, qui s'étaient déjà vus mercredi à Paris, ont eu de nouveaux entretiens ce jeudi à Rome en marge d'une réunion consacrée à La Libye.

"Pour le moment, nous ne pouvons pas dire à la communauté internationale que nous avons un accord", a déclaré Lavrov.

En faisant savoir que les Etats-Unis "envisageaient activement" d'ajouter des noms russes à la "liste Magnitsky", qui punit les individus jugés responsables de violations des droits de l'homme, et en dénonçant la "fiction" que broderait Vladimir Poutine sur les événements d'Ukraine, le département d'Etat n'a pas contribué à un rapprochement entre Washington et Moscou.

LES SOLDATS UKRAINIENS "FORCE OCCUPANTE" EN CRIMÉE

Six jours après l'intervention des forces russes ou pro-russes qui ont pris le contrôle de la Crimée, le Parlement de la République autonome s'est prononcé à l'unanimité jeudi matin en faveur du rattachement à la Russie.

Conséquence, les autorités autonomes considèrent comme "force d'occupation" les soldats de l'armée ukrainienne déployés dans la péninsule et les somment de déposer les armes ou de partir.

Le vice-Premier ministre du gouvernement autonome, Roustam Temirgaliev, a annoncé qu'un référendum sur la question aurait lieu le 16 mars. D'après un recensement datant de 2001, la Crimée, rattachée en 1954 à l'Ukraine sur décision de Nikita Khrouchtchev, compte deux millions d'habitants, dont 58% de Russes de souche, 24% d'Ukrainiens et 12% de Tatars.

Deux questions leur seront posées: la Crimée doit-elle faire partie de la Fédération de Russie? et: la Crimée doit-elle revenir à la Constitution de 1992, qui lui accordait davantage d'autonomie qu'aujourd'hui?

A Bruxelles, où il assistait à un Conseil européen extraordinaire, le chef du gouvernement ukrainien provisoire a dénoncé une "décision illégitime" et un "soi-disant référendum qui n'a aucun fondement légal".

"Nous exhortons la Russie à ne pas soutenir la partition de l'Ukraine (...) La Crimée était, est et restera partie intégrante de l'Ukraine", a poursuivi Arseni Iatseniouk.

Il a reçu le soutien de l'Otan, dont le secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, a rappelé Moscou à ses engagements.

La Russie est co-signataire, avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, du mémorandum de Budapest adopté en 1994 pour assurer la sécurité de l'Ukraine en échange du transfert vers la Russie de ses arsenaux nucléaires hérités de l'Union soviétique. Ce traité international garantit le respect et l'intégrité des frontières ukrainiennes.

GEL DES AVOIRS

Au chapitre des sanctions, l'Union européenne a annoncé jeudi matin le gel des avoirs de l'ex-président Viktor Ianoukovitch, de son ex-Premier ministre Mikola Azarov et de 16 autres personnalités jugées responsables de violations des droits de l'homme ou de mauvaise gestion des fonds publics en Ukraine.

Selon les nouvelles autorités de Kiev, Ianoukovitch, destitué le 22 février par le parlement ukrainien, aurait détourné 37 milliards de dollars (27 milliards d'euros) de fonds publics en trois ans de mandat.

Washington a embrayé, Barack Obama ordonnant le gel des avoirs des individus et entités impliqués dans l'intervention militaire russe en Crimée, qui feront en outre l'objet d'une interdiction de déplacement aux Etats-Unis.

Vladimir Poutine ne figure pas sur la liste, a précisé un haut responsable américain. "Il faut des circonstances inhabituelles et exceptionnelles pour sanctionner un chef d'Etat et nous ne commencerions pas nos désignations de la sorte", a-t-il dit.

Le décret signé par le président des Etats-Unis est "un outil souple qui nous permettra de sanctionner ceux qui sont les plus directement impliqués dans la déstabilisation de l'Ukraine, notamment avec l'intervention militaire en Crimée, et il n'exclut pas d'autres initiatives si la situation se détériore", indique la Maison blanche.

(avec Martin Santa, Barbara Lewis et Jan Strupczewski à Bruxelles et Zlata Garasyuta, Lidia Kelly et Gabriela Baczynska à Moscou; Eric Faye, Jean-Philippe Lefief, Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.