1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La créatrice de «Maman au Chocolat» lance un appel à l'aide pour relancer sa marque
Le Parisien14/01/2020 à 18:22

La créatrice de «Maman au Chocolat» lance un appel à l'aide pour relancer sa marque

L'histoire avait pourtant commencé par « Il était une fois ». Le conte de fées fut onctueux et sucré pour Catherine Bréard quand, à l'âge de 62 ans, après une reconversion dans la cuisine et la pâtisserie en 2014, elle remporte le concours de Paris de la mousse au chocolat. Grâce à cette spécialité et au soutien de son fils installé au Japon - « C'est même lui qui a trouvé le nom de l'entreprise : Maman au Chocolat » - elle exporte sa recette, « tellement française et normande », au pays de Soleil levant où elle est totalement inconnue.Après une série de dégustations, Catherine Bréard et son mari Philippe, installés à Yainville, entre Rouen et Le Havre, participent au marché de Noël de l'Institut français du Japon. « Nous avons vendu près de 400 pots par jour, 15 000 au total depuis le début. À partir de là, ce fut l'emballement du côté des épiceries fines, des grands magasins, des médias et, surtout, des clients, qui adorent le produit mais aussi l'histoire de cette femme d'un certain âge, française et battante. C'est une histoire de goût, de transmission, de passion », résume avec un grand sourire encore étonné la pâtissière. Fin 2019, l'échiquier est en place : « Nous n'avons plus qu'à avancer les pièces et à trouver des fonds pour passer le cap supérieur ».Elle doit abandonner le nom de son entreprisePatatras ! Sans s'en douter, le couple est « surveillé ». « On dérange ! » explique Catherine Bréard. En octobre 2019, « nous avons reçu de la part d'un grand groupe international, dont la justice refuse que nous prononcions le nom sous peine d'une poursuite en diffamation, un courrier avec un moratoire de 92 pages nous sommant d'abandonner le nom Maman au chocolat ». Déboutés une première fois au tribunal, Catherine et Philippe Bréard viennent à nouveau de perdre devant la cour d'appel de Versailles : « Pas sur la ressemblance, mais uniquement pour atteinte ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer