Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Cour des comptes sonne l'alarme sur la Sécu

Reuters17/09/2013 à 21:33

LA COUR DES COMPTES SONNE L'ALARME SUR LES DÉPENSES DE SÉCURITÉ SOCIALE

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Il faut maîtriser nettement plus les dépenses de sécurité sociale pour recommencer à réduire des déficits anormaux dont l'accumulation menace la cohésion de la société française, estime mardi la Cour des comptes dans son rapport annuel.

Le redressement des comptes sociaux s'est interrompu après une amélioration l'an dernier essentiellement due à des hausses de prélèvements, souligne cette juridiction indépendante notamment chargée de certifier les comptes publics.

Analysant les finances de l'assurance maladie, une réforme des retraites étant déjà en cours, la Cour alerte sur le danger que représente la gestion à très court terme de ses dettes.

Pour réduire les déficits, elle recommande d'accentuer la réorganisation du système hospitalier, en soulignant le retard de la France sur la chirurgie ambulatoire (l'hospitalisation sans hébergement de nuit), avec 5 milliards d'euros d'économies possibles à la clef, ainsi que sur l'hospitalisation à domicile.

Après ses recommandations sur l'imagerie médicale, les soins dentaires, les médicaments, les transports sanitaires, la Cour critique la dérive des dépenses liées à la permanence des soins la nuit et de celles consacrées aux analyses médicales.

"Enrayer la spirale de la dette sociale est d'une urgence impérieuse", estime-t-elle, en prônant "un effort nettement accru de maîtrise des dépenses".

"La Cour ne préconise nullement une baisse des dépenses sociales, elle considère indispensable un ralentissement de leur croissance", a précisé son premier président, Didier Migaud, lors d'une conférence de presse.

"Des gisements d'économies considérables existent dans l'assurance maladie sans compromettre, bien au contraire, la qualité des soins, ni l'égalité d'accès au système de santé", a-t-il ajouté.

"UNE SITUATION ANORMALE ET DANGEREUSE"

Le gouvernement a décidé de privilégier le contrôle des dépenses aux hausses d'impôts pour réduire le déficit public à partir de 2014. Il prévoit pour l'an prochain 15 milliards d'euros d'économies par rapport à la hausse tendancielle des dépenses, dont neuf milliards sur l'Etat et six sur les comptes sociaux. Mais une accélération est souhaitable, selon la Cour.

Selon la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le gouvernement n'a pas attendu la Cour des comptes pour ouvrir ces chantiers.

"Certaines des préconisations, notamment sur la chirurgie ambulatoire ou sur les laboratoires correspondent à des évolutions qui sont déjà engagées", a-t-elle déclaré à des journalistes. Elle s'également dite très sceptique sur les économies annoncées, expliquant que le passage de la chirurgie classique à la chirurgie ambulatoire avait aussi un coût.

La Cour des comptes s'alarme par ailleurs de la gestion des dettes de l'assurance maladie et de la branche famille par l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss). Cette dernière les finance par des émissions de dettes à trois mois, une "situation particulièrement anormale et dangereuse en cas de remontée des taux d'intérêt".

La dette accumulée à l'Acoss atteindra 26 milliards d'euros fin 2013 et doit, selon la Cour, être très rapidement reprise par la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) avec des ressources pour la financer.

Si cette solution n'est pas vite réglée, "ce serait la cohésion sociale de notre pays et la légitimité même de la sécurité sociale qui seraient alors gravement mises en cause", estime la Cour.

LES VOISINS EUROPÉENS PLUS ÉCONOMES

Après l'annonce par le gouvernement que le déficit public (Etats, collectivités et comptes sociaux) ne devrait se réduire cette année qu'à 4,1% du PIB contre 3,7% prévu, la Cour souligne que, pour la sécurité sociale, "le déficit se stabilisera, au mieux, au niveau très élevé de 2012".

La Commission des comptes de la sécurité sociale estimait en juin que le déficit du régime général atteindrait 14,3 milliards d'euros cette année et 17,3 milliards avec le Fonds de solidarité vieillesse. La branche maladie devrait à elle seule voir son déficit se creuser à 7,9 milliards en 2013, contre 5,9 milliards l'an dernier.

"Aucun de nos grands voisins européens n'accepte que son système de protection sociale soit durablement dans le déficit", rappelle la Cour des comptes.

Pour maîtriser les dépenses de santé dans les prochaines années, elle plaide pour un Ondam (Objectif national de dépenses d'assurance maladie) inférieur de 0,2 point aux objectifs actuels, soit 2,4% en 2014 au lieu de 2,6% et 2,3% en 2015 et 2016 au lieu de 2,5%.

Concernant la chirurgie, "l'assurance maladie paye deux fois", a souligné Antoine Durrleman, un des auteurs du rapport. "On a des lits de chirurgie conventionnelle sous-occupés et des places de chirurgie ambulatoires sous-occupées, dans des proportions chaque fois considérables."

Sur l'analyse médicale, un domaine dans lequel la Cour estime possible de réaliser rapidement 500 millions d'euros d'économies, elle plaide pour la dénonciation de la convention liant l'assurance maladie aux laboratoires. Cette dénonciation doit se faire avant le mois de janvier, faut de quoi la convention sera automatiquement reconduite pour cinq ans.

Avec Emmanuel Jarry

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.