Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Cour des comptes presse l'Etat de contrôler la dépense

Reuters28/05/2013 à 22:26

LA COUR DES COMPTES PRESSE L'ETAT DE CONTRÔLER LA DÉPENSE

PARIS (Reuters) - La Cour des comptes a certifié les comptes 2012 de l'Etat avec quelques réserves et estimé que la réduction du déficit à l'avenir devait davantage reposer sur le contrôle des dépenses.

Dans son rapport sur la gestion budgétaire de l'Etat publié mardi parallèlement à l'acte de certification des comptes, la Cour souligne que le rythme de réduction du déficit a ralenti l'an dernier en raison de la faiblesse de l'activité économique.

Le déficit de l'Etat, qui s'est établi à 87,2 milliards d'euros, soit 3,6 milliards de moins qu'en 2011, est la principale composante du déficit public, qui comprend aussi les comptes de la sécurité sociale et des collectivités locales.

Il représentait fin 2012 41% des recettes nettes de l'Etat et 29% de ses dépenses nettes, souligne la Cour des comptes.

En 2011, le déficit de l'Etat avait été réduit de 14 milliards d'euros.

Le déficit de l'Etat en 2012 a été supérieur de 8,4 milliards d'euros à la prévision de la loi de finances initiale, ce qui "résulte quasi-exclusivement de moindres recettes", écrit la Cour. La loi de finances initiale tablait sur une croissance économique de 1% l'an dernier alors qu'elle a été nulle.

Les recettes fiscales ont été inférieures l'an dernier de près de 6,5 milliards d'euros à la prévision de la loi de finances initiale, l'écart portant principalement sur la TVA (-5,7 milliards) et l'impôt sur les sociétés (-3,6 milliards).

Il y a donc, selon la Cour, nécessité "de s'appuyer sur des prévisions de recettes prudentes et de faire davantage reposer l'effort de réduction du déficit sur des économies".

"En période de ralentissement économique, l'effort fiscal ne peut pas suffire pour réduire le déficit budgétaire", ajoute-t-elle.

"MAÎTRISE FRAGILE" DES DÉPENSES

Après de fortes hausses d'impôts en 2012 et 2013, le gouvernement a promis de faire pour les prochaines années davantage peser l'effort de réduction du déficit sur la maîtrise des dépenses publiques que sur la fiscalité.

En 2012, les normes de dépenses ont été respectées mais "la maîtrise de la dépense de l'Etat reste fragile", ajoute la Cour des comptes.

La masse salariale a été contenue (+0,1%), des économies de 0,6 milliard d'euros ont été réalisées sur les dépenses de fonctionnement et les dépenses d'intervention ont baissé de 2,5%, souligne-t-elle.

Quant à la certification des comptes, les réserves de la Cour portent sur le système d'information financière de l'Etat, les dispositifs ministériels de contrôle interne et d'audit interne, la comptabilisation des produits régaliens, les actifs et passifs du ministère de la Défense, les participations de l'Etat et autres immobilisations financières, le patrimoine immobilier et les passifs non financiers.

La Cour note que ses demandes de modification des comptes auraient conduit à dégrader la situation nette de l'Etat de 2,0 milliards d'euros.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.