Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Cour des comptes gardienne du temple budgétaire

Reuters07/09/2012 à 17:03

LE DÉFICIT DU BUDGET DE L'ÉTAT

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - François Hollande a confié vendredi à la Cour des comptes le rôle de gardienne de l'orthodoxie budgétaire, une réforme qui témoigne de sa volonté de respecter ses engagements européens, même s'ils seront lourds de conséquences dès 2013.

Le président français, qui a fait de l'assainissement des comptes d'ici 2017 une priorité de son quinquennat, a annoncé la création d'un Haut conseil aux finances publiques sur lequel la Cour des comptes aura la haute main, complément de la "règle d'or" européenne interdisant les déficits qui doit être adoptée en octobre par le Parlement.

"Cette nouvelle institution sera, pour la République, une garantie de crédibilité et de transparence", a promis le chef de l'Etat, qui a par ailleurs réaffirmé sa volonté de ramener les déficits publics à 3% du produit intérieur brut en 2013, malgré la vive détérioration de l'économie.

"Le ralentissement économique actuel rend encore plus ardu la réalisation de cet objectif mais encore plus nécessaire la réussite de cet exercice", a-t-il dit lors d'une cérémonie à la Cour des comptes, corps auquel il fut rattaché.

Au coeur de la stratégie budgétaire du président, le Haut conseil des finances publiques sera notamment chargé de vérifier les hypothèses de croissance sur lesquelles les budgets sont construits.

"Trop de gouvernements se sont souvent par le passé laissé guider par des prévisions exagérément optimistes et le plus souvent démenties", a dit François Hollande, dont le gouvernement doit justement se résoudre à baisser ses prévisions de croissance pour 2013.

La prévision actuelle de 1,2% est deux fois plus optimiste que les consensus d'économistes qui tablent eux sur une croissance proche de 0,5% ou 0,6%.

Déjà marqué du sceau des difficultés budgétaires, le budget 2013 est d'ores et déjà un casse-tête pour un gouvernement qui récuse le terme d'austérité mais qui a pris l'engagement d'être à l'équilibre en 2017.

François Hollande a confirmé qu'il faudrait trouver une trentaine de milliards d'euros pour le boucler, dont 10 milliards de coupes dans les dépenses publiques, hors charge de la dette et des retraites.

AUCUNE LÉGITIMITÉ

Si l'orthodoxie budgétaire du gouvernement fait déjà grincer des dents, la création du nouveau Haut conseil aux finances publiques est à même de créer des tensions à la gauche du Parti socialiste.

Pour le Parti de gauche, farouche opposant du pacte européen, cette nouvelle instance symbolise la dépossession du Parlement de sa souveraineté budgétaire voulue par l'Europe.

"C'est une instance qui n'a aucune légitimité", a ainsi déclaré à Reuters un secrétaire national du Parti de Gauche.

François Delapierre note que la création du Haut conseil ne faisait pas parti du programme de François Hollande et qu'il aurait un pouvoir "exorbitant".

La contestation du pacte européen a pris de l'ampleur ces dernières semaines avec des appels au référendum lancés par le Front de gauche et le Front national.

Si la perspective de son vote au Parlement engendre de nombreuses tensions au sein de la majorité, il devrait être aisément approuvé, des voix de droite devant se joindre à celles de la majorité.

Avec Yann le Guernigou et Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.