Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La corrida jugée constitutionnelle en France

Reuters21/09/2012 à 17:31

LA CORRIDA CONFORME À LA CONSTITUTION

PARIS (Reuters) - La loi qui autorise la corrida en France est compatible avec la Constitution, a décidé vendredi la plus haute instance du pays sur ces questions, en réponse à une procédure lancée par des défenseurs des animaux contre la pratique tauromachique.

La loi autorise la corrida depuis 1963, par la biais d'une dérogation à la répression des cruautés sur animaux. Les anti-corrida tentaient de faire déclarer inconstitutionnelle cette disposition. Le refus du Conseil constitutionnel ne leur laisse plus que l'espoir d'une nouvelle loi, hautement improbable.

L'association Droits des animaux (DDA) et le Comité radicalement anti-corrida (Crac) Europe réclamaient, via une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), l'abrogation d'une disposition du Code pénal autorisant la tauromachie et les combats de coqs sous couvert "du principe de tradition locale ininterrompue" -une dérogation aux sanctions pour cruauté envers les animaux.

Les anti-corrida considèrent que cet alinéa 7 de l'article 521-1 du Code pénal -code qui réprime de deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende la cruauté envers les animaux- porte atteinte au principe d'égalité devant la loi.

Les "Sages" expliquent dans leur décision que "le principe d'égalité ne s'oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu'il déroge à l'égalité pour des raisons d'intérêt général".

Quatre régions françaises -Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d'Azur- sont depuis le XIXe siècle une place forte mondiale de ce spectacle importé d'Espagne et organisé dans une quarantaine de villes, notamment à Nîmes, où est mort en 1991 le légendaire matador français Christian Montcouquiol, "Nimeno II".

La corrida a été interdite en 2010 dans la province espagnole de Catalogne.

Selon un sondage Ifop paru jeudi, les Français sont partagés sur l'abolition de la tauromachie, réclamée notamment par l'ex-comédienne Brigitte Bardot: 48% y sont favorables, 42% souhaitent qu'elle continue d'être autorisée.

"D'un point de vue juridique, le législateur avait déjà fait son oeuvre. C'était bien (...) que le Conseil constitutionnel vérifie la constitutionnalité de la loi qui autorise l'exception culturelle de la corrida dans les régions du Sud", a commenté sur BFM TV Simon Casas, ancien matador français.

"C'est fait. Je pense qu'à présent il n'y a aucune raison de faire disparaître ce qui touche le coeur de la sensibilité du peuple du Sud", a-t-il ajouté.

"UN PETIT NOMBRE IMPOSE SA LOI"

Pour Jean-Pierre Garrigues, président du Crac et vice-président du Crac Europe, la décision du Conseil constitutionnel est la preuve "que nous ne sommes pas en démocratie sur ce sujet, mais bien en dictature tauromachique puisqu'un petit nombre impose sa loi".

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, un aficionado d'origine catalane, a pris publiquement la défense de la tauromachie, s'attirant les foudres des détracteurs d'une "barbarie".

"Nous perdons au Conseil constitutionnel mais nous revenons immédiatement sur notre plainte pour demander l'annulation de la corrida au patrimoine culturel immatériel français, le seul pays au monde à l'avoir fait", a dit Jean-Pierre Garrigues.

Geneviève Darrieussecq, maire MoDem de Mont-de-Marsan (Landes) et présidente de l'Union des Villes Taurines Françaises (UVTF), a loué la "sagesse" du Conseil constitutionnel et souligné l'importance de la corrida dans le patrimoine culturel français.

"La reconnaissance par le Conseil Constitutionnel de la tauromachie comme fait culturel d'une partie des territoires qui composent la République Française renforce les élus locaux, que je représente", écrit-elle dans un communiqué.

"Dans sa sagesse habituelle, le Conseil Constitutionnel a fait preuve de tolérance et a montré son attachement à la diversité culturelle de notre pays", écrit-elle.

La corrida a été inscrite sur la liste du patrimoine immatériel français en avril 2011.

Les opposants à la tauromachie comptent également porter le débat à l'Assemblée nationale, où une proposition de loi avait été déposée sur le sujet en 2010.

La députée UMP Muriel Marland-Militello et sa collègue socialiste Geneviève Gaillard sont à l'origine de ce texte visant à punir "sans exception" les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés ou tenus en captivité. Le texte n'a jamais été soumis au vote.

Sophie Louet, avec Claude Canellas à Bordeaux, Thierry Lévêque édité par Gilles Trequesser et Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.