Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Corée du Nord alimente les tensions, la Chine s'inquiète

Reuters03/04/2013 à 15:06

LA ZONE INDUSTRIELLE CONJOINTE À KAESONG

par Ju-min Park

PAJU, Corée du Sud (Reuters) - La Corée du Nord a fermé mercredi l'accès à une zone industrielle exploitée en commun avec le Sud, qui produit deux milliards de dollars de revenus annuels, une manne pour une économie mise à mal par de colossales dépenses militaires.

A la veille de ce nouvel acte de la crise coréenne, Pyongyang avait annoncé le redémarrage du réacteur nucléaire de Yongbyon, ce qui lui a valu les foudres de la communauté internationale, Chine comprise.

Signe de l'inquiétude croissante de Pékin, son seul allié et principal partenaire économique, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhang Yesui, a reçu mardi les ambassadeurs des Etats-Unis et des deux Corées pour leur exprimer ses "vives préoccupations" quant à la situation dans la péninsule.

Les autorités sud-coréennes ont réclamé un accès sans restriction à la zone industrielle de Kaesong, qui se trouve du côté nord de la frontière. Toutes les options, y compris militaires, seront envisagées si la sécurité des Sud-Coréens qui s'y trouvent est menacée, a averti le ministre de la Défense Kim Kwan-jin, selon l'agence de presse Yonhap.

Les 800 ressortissants sud-coréens qui y travaillent ont été autorisés à rentrer chez eux, mais 36 seulement avaient repassé la frontière mercredi, selon Séoul. Les autres y sont restés de leur plein gré mais pourraient manquer de vivres en l'absence de livraisons, a souligné le ministère de l'Unification.

MANNE FINANCIÈRE

Située en bordure de la frontière, la zone de Kaesong a été créée au début des années 2000 dans le cadre des efforts déployés pour rapprocher les deux Corées. L'activité n'y a pas cessé depuis. Cent vingt-trois entreprises sud-coréennes y emploient plus de 50.000 travailleurs nord-coréens qui produisent des biens de consommation courante bon marché.

Certains observateurs doutent que Pyongyang ait l'intention d'en fermer l'accès à long terme, étant donné son importance financière.

A Paju, du coté sud-coréen de la frontière, sa fermeture n'a guère surpris.

"La confiance entre le Nord et le Sud va s'effondrer de même que notre confiance à l'égard de nos acheteurs. C'est nous qui allons en faire les frais", déplore Lee Eun-haeng, un des chefs d'entreprise sud-coréens de la zone. Sa compagnie emploie 600 Nord-Coréens payés en moyenne 130 euros par mois.

Manne financière et gisement d'emplois pour Pyongyang, la zone contribue également à la prospérité du Sud, mais a surtout une importance symbolique. Selon Ahn Chan-il, ancien militaire du Nord ayant fait défection en 1979, les Nord-Coréens qui y travaillent font vivre 300.000 personnes.

L'ÉCHÉANCE DE FIN AVRIL

Avant d'annoncer le redémarrage de son réacteur nucléaire de Yongbyon, en sommeil depuis 2007, Pyongyang s'était dit ce week-end en état de guerre déclarée avec la Corée du Sud, qui a entamé des manoeuvres militaires conjointes avec les Etats-Unis.

En février, Pyongyang a procédé à son troisième essai nucléaire, deux mois après la mise en orbite d'un satellite largement considérée comme un tir expérimental de missile à longue portée.

A la Maison blanche, on juge toutefois qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer, dans la mesure où les menaces brandies jusqu'ici n'ont pas été suivies de mouvements de troupes. Les Etats-Unis ont néanmoins annoncé mardi l'envoi au large de la Corée d'un deuxième bâtiment de guerre en vingt-quatre heures.

Pour beaucoup, les menaces de Kim Jong-un, au pouvoir depuis décembre 2011, répondent en premier lieu à des objectifs intérieurs : elles visent avant tout à entretenir le moral d'une armée mal payée et à forger une image de fermeté aux yeux d'une opinion soumise à des privations.

"Au moins jusqu'à la fin du mois d'avril, lorsque les manoeuvres (américano-sud-coréennes) prendront fin, le Nord va probablement entretenir les tensions comme il l'a fait les années précédentes", estime Cheong Seong-chang, membre du cercle de réflexion sud-coréen Sejong.

Avec Christine Kim et Jack Kim à Séoul et Ben Blanchard à Pékin, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.