Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La confusion demeure sur le projet français de taxe Tobin

Reuters10/01/2012 à 19:52

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Taxe Tobin, y aller seul ou non ? Nicolas Sarkozy se dit prêt à sauter le pas malgré les objections des milieux d'affaires et des économistes. Mais le flou demeure sur les modalités et les ministres concernés ont entretenu mardi une certaine confusion.

Le chef de l'Etat a redit au petit déjeuner hebdomadaire des dirigeants de sa majorité que si la France ne mettait pas en oeuvre cette taxe sur les transactions financières (TTF), elle ne verrait jamais le jour, ont rapporté des participants.

"La France ne se contentera pas d'en parler, elle le fera", a-t-il confirmé plus tard à Mulhouse (Haut-Rhin).

Mais en début de matinée, la ministre du Budget, Valérie Pécresse, déclarait sur France 2 que cette taxe n'avait de sens que si elle était "portée par l'Europe".

"Si la France la met en place uniquement toute seule, évidemment, à terme, elle sera contournée", a-t-elle expliqué. Avant d'ajouter toutefois que la France devait être le pays qui "donne le coup de pouce, qui enclenche le mouvement".

Le ministre de l'Economie a également souhaité, sur i>Télé, que ce soit une initiative européenne. "La France ne sera pas isolée", a assuré François Baroin, qui évoquera le sujet jeudi soir à Berlin avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble.

Quelques heures plus tard, il déclarait cependant devant les députés : "La France sera le premier pays, cette année, à mettre en oeuvre cette taxe sur les transactions financières."

Selon François Baroin, cette mesure pourrait être votée dès février dans le cadre d'une loi de finances rectificative.

L'ALLEMAGNE BOUGE-T-ELLE ?

La Commission européenne a présenté fin septembre un projet de TTF à l'horizon 2014. Mais l'opposition résolue du Royaume-Uni et de la Suède rend sa mise en oeuvre à 27 dans l'Union européenne hautement improbable dans un avenir prévisible.

Probable candidat à un second mandat lors de l'élection présidentielle du printemps prochain, Nicolas Sarkozy a pour sa part fait de cette mesure, inspirée de la taxe proposée par le prix Nobel de l'économie James Tobin dans les années 1970 pour contrer la spéculation, une priorité de la fin de son quinquennat.

Il a souhaité que la zone euro "donne l'exemple" et espère rallier au moins l'Allemagne et l'Italie, jusqu'ici réservées sur une démarche qui n'impliquerait pas l'ensemble de l'UE.

Angela Merkel a laissé implicitement entendre lundi, après un déjeuner de travail avec le président français à Berlin, que la position allemande était peut-être en train d'évoluer.

La chancelière a salué l'initiative de Nicolas Sarkozy et s'est dit prête, "à titre personnel", à la mise en place d'une TTF dans la zone euro en cas d'impossibilité dans toute l'UE.

Elle a admis l'existence de désaccords au sein de son gouvernement - allusion à ses partenaires libéraux - jetant ainsi un doute sur la détermination réelle de Berlin.

"Je doute que l'opposition du FDP dure toujours", a néanmoins déclaré mardi Michael Meister, leader de la CDU, le parti d'Angela Merkel, au Parlement allemand, ajoutant à propos de la taxe : "Cela se fera."

AMBIGUÏTÉ

Reste que pour la plupart des économistes et analystes interrogés par Reuters, la création d'une TTF dans un nombre limité de pays, voire un seul, constituerait une importante prise de risque pour l'économie française.

D'où l'ambiguïté relative entretenue par Nicolas Sarkozy et ses ministres autour des modalités d'une taxe Tobin.

Le chef de l'Etat a certes dit vouloir appliquer le projet de la Commission européenne, qui travaille sur l'hypothèse d'une taxe de 0,1% sur les échanges d'actions et d'obligations et de 0,01% sur les échanges de produits dérivés.

"On souhaite que ce soit large, c'est-à-dire les actions, les obligations, les mouvements autour des dérivés", a confirmé François Baroin. "On souhaite que le taux, dans la mesure où l'assiette est large, soit relativement bas."

Il sera cependant difficile, pour Nicolas Sarkozy, de faire abstraction du nombre de partenaires prêts à le suivre dans sa démarche quand il arrêtera définitivement les modalités de la future taxe, tant son impact dépend du nombre de pays impliqués.

Pour Ludovic Subran, chef économiste du groupe d'assurance-crédit Euler Hermes, la mise en place "de manière asymétrique" d'une telle taxe risque d'entraîner une baisse du volume des transactions et une hausse de la volatilité sur les marchés.

"On risque aussi d'avoir un euro moins liquide au sein de zones financières plus ou moins à l'agonie", ajoute-t-il.

D'autres dénoncent le risque d'infliger un lourd handicap à l'ensemble de l'économie française, assoiffée de crédits.

Christian Saint-Etienne, membre du Conseil d'analyse économique du Premier ministre, estime pour sa part qu'un cavalier seul de la France serait mortel pour la place de Paris, à moins d'opter pour un taux et une base purement symboliques.

Nicolas Sarkozy a déclaré lundi qu'il en dirait plus après en avoir discuté le 18 janvier avec les partenaires sociaux, convoqués à l'Elysée pour un sommet sur la crise et l'emploi.

Avec Yann Le Guernigou, Jean-Baptiste Vey et Matthias Blamont, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.