Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La commission Cahuzac va dédouaner l'exécutif

Reuters 18/09/2013 à 14:55

LA COMMISSION CAHUZAC S'APPRÊTE À DÉDOUANER L'EXECUTIF

PARIS (Reuters) - La commission parlementaire d'enquête de l'Assemblée chargée de déterminer ce que le gouvernement savait du compte en Suisse de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac estime que l'exécutif n'a rien à se reprocher, au grand dam de l'opposition.

Le rapporteur de la commission, Alain Claeys, a présenté mardi soir, lors d'une réunion à huis clos, les grandes lignes de son rapport qui sera présenté le 8 octobre prochain et qui devrait être adopté majorité contre opposition.

"Il n'y a pas eu de dysfonctionnement de l'Etat et la justice n'a pas été entravée", a-t-il déclaré mercredi à Reuters. "La justice a pu faire son travail, a pu contribuer à l'éclatement de la vérité sans aucune intervention de l'Etat.

Cette commission avait été mise en place à la demande du groupe UDI (centriste) après que Jérôme Cahuzac eut démissionné le 19 mars dernier de ses fonctions de ministre du Budget et avoué ensuite posséder un compte bancaire occulte en Suisse.

Elle a cherché à savoir ce que François Hollande et son gouvernement savaient et si leur demande d'entraide fiscale adressée à Suisse était formulée de manière restrictive pour obtenir une réponse favorable à Jérôme Cahuzac.

Pour le rapporteur de la commission d'enquête, la décision de l'Etat de saisir la Suisse est un problème "d'opportunité".

"Cette procédure enclenchée par l'Etat n'est ni illégale, ni ne traduit un dysfonctionnement, c'est un problème d'opportunité", a-t-il déclaré.

Alain Claeys réfute également l'argument de l'opposition, qui estime que François Hollande aurait dû limoger le ministre du Budget dès la publication des révélations du site d'informations Mediapart, en décembre 2012. Jérôme Cahuzac, a-t-il expliqué, n'était pas mis en examen à ce moment-là.

LA VÉRITÉ N'EST PAS FAITE, DIT LA DROITE

Un point de vue que ne partage pas l'opposition.

"La majorité ne veut pas faire toute la vérité, toute la lumière dans l'affaire Cahuzac et en réalité la commission n'a pas pu aller au bout des choses", a déclaré mercredi l'UMP Daniel Fasquelle à Reuters.

L'opposition avait notamment réclamé l'audition de Jean-Marc Ayrault pour tirer au clair les contradictions entre les déclarations de Jérôme Cahuzac et du ministre de l'Economie Pierre Moscovici sur la tenue le 16 janvier d'une réunion en présence de François Hollande et du Premier ministre.

"On l'a vu avec le refus de l'audition Jean-Marc Ayrault, et on le voit très bien avec les fausses questions que pose le rapporteur", explique le chef de file des membres UMP de la commission d'enquête.

"Il nous dit que la question est de savoir s'il y a eu ou non pression sur la justice", poursuit le député UMP.

"Ce n'est pas la question", qui est selon lui de "savoir pourquoi au mois de décembre, le président de la République, alors qu'il était informé, n'a rien fait, pourquoi au mois de janvier il y a eu une enquête administrative alors qu'on aurait pu imaginer une enquête judiciaire qui, elle, aurait pu être efficace et pourquoi cette enquête administrative a conduit à blanchir en réalité Jérôme Cahuzac à la fin du mois de janvier".

Pour Daniel Fasquelle "on voit bien qu'il y a eu de graves dysfonctionnements".

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.