1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La commémoration de l'abolition de l'esclavage crée la polémique
Le Parisien10/05/2014 à 14:18

La commémoration de l'abolition de l'esclavage crée la polémique

La France célèbre aujourd'hui l'abolition de l'esclavage dans un contexte polémique. Deux incidents ont jeté le trouble. Le premier est venu du refus de Franck Briffaut, le nouveau maire Front national de Villers-Cotterêts (Aisne), de participer à cette commémoration, qui existe depuis 2007 dans cette ville où est mort le général Dumas, né d'une mère esclave à Saint-Domingue et père de l'écrivain Alexandre Dumas.

Le maire frontiste dénonce ce qu'il appelle une « autoculpabilisation permanente ». Un affichage qui gêne la direction du parti d'extrême droite. « La position de Briffaut n'est pas celle du FN », assure Louis Alliot, vice-président du parti, tout en reconnaissant être « contre toute repentance systématique et sans discernement ». Numéro 2 du FN, Florian Philipot tente de balayer toute ambiguïté : « La France s'enorgueillit d'avoir aboli l'esclavage, c'est une très bonne chose, nous sommes pour les commémorations. »

Elu avec l'appui du FN, le nouveau maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, estime, lui, que cette commémoration est « une bonne idée : cela ne me semble pas tout à fait inutile quand on voit ce qu'il en est dans le monde d'aujourd'hui ».

Le tweet de Mariani 

L'autre incident est venu du tweet, mercredi, de l'UMP Thierry Mariani : « L'enlèvement par la secte Boko Haram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage », suivi du mot-clé « déculpabilisation ». Tollé. Jean-François Copé, patron de l'UMP, a dû « déplorer » ces propos. « Je n'ai pas été surprise d'une telle réaction car une partie de l'UMP est sur la ligne de la déculpabilisation vis-à-vis de l'esclavage. Ceux qui s'opposent ont l'air d'ignorer que c'est la République qui a décidé d'abolir l'esclavage », relève George Pau-Langevin, la ministre des Outre-Mer.

La CGT, Solidaires et le Conseil représentatif des associations noires (Cran) manifesteront ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Gary.83
    10 mai14:27

    ya un ahuri en Afrique, qui a enlevé 250 gamines et nos "intellos de gauche"* sont là à se regarder le nombril et à critiquer un tweet !! * intello de gauche = bobo parisien abonné à libé, bisexuel parce que c'est à la mode

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer