Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La colère contre Charlie Hebdo fait 3 nouveaux morts au Niger

Reuters17/01/2015 à 21:11

* Une manifestation interdite dégénère à Niamey, faisant au moins trois morts * Les violences de vendredi à Zinder ont fait au moins cinq morts * La France invite ses ressortissants à "éviter toute sortie" (Avec découverte de trois corps à Niamey §1 et 7) par Abdoulaye Massalaki NIAMEY, 17 janvier (Reuters) - Le mouvement de colère contre la publication d'une caricature du prophète Mahomet dans l'hebdomadaire Charlie Hebdo s'est étendu samedi au Niger, gagnant la capitale, Niamey, où au moins trois personnes ont été tuées, plusieurs églises incendiées et des magasins pillés. Au lendemain d'émeutes à Zinder, la deuxième ville du pays, où cinq personnes au moins ont été tuées et 45 autres blessées, le ministère français des Affaires étrangères a appelé les Français présents au Niger à "renforcer la vigilance, respecter les conseils de sécurité et éviter les rassemblements et les attroupements". L'ambassade de France à Niamey appelle pour sa part à "éviter toute sortie". "La France condamne le recours à la violence, aujourd'hui à Niamey, hier à Zinder", a déclaré Laurent Fabius dans un communiqué diffusé en début de soirée. A Niamey, des manifestants réunis près de la principale mosquée de la ville s'en sont pris samedi à un commissariat de police et ont incendié au moins six églises. Des drapeaux français ont également été brûlés. Les policiers ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène contre des groupes de manifestants qui ont répliqué par des jets de pierres et de bouteilles incendiaires et érigé des barricades. Les heurts ont éclaté lorsque les autorités ont interdit une marche organisée à l'appel de dignitaires musulmans locaux. Au moins trois personnes ont été tuées, a-t-on appris en fin de journée de sources policières. Deux corps calcinés ont été retrouvés dans une église incendiée dans les faubourgs de Niamey et le corps d'une femme, probablement asphyxiée par les gaz lacrymogènes, découvert dans un bar. Le calme est revenu dans l'après-midi mais des associations islamiques ont appelé à une nouvelle marche de protestation pour dimanche. "Ils ont offensé notre prophète Mahomet. C'est ça que nous n'aimons pas, c'est la raison pour laquelle nous avions demandé aux musulmans de se rassembler mais l'Etat a refusé, c'est pour cela que nous sommes en colère aujourd'hui", a expliqué un des manifestants, Amadou Abdoul Ouahab. Quatre prédicateurs à l'origine de l'appel à manifester ont été arrêtés. D'autres manifestations ont été signalées à travers le pays, très majoritairement musulman. A Maradi, à 600 km à l'est de Niamey, où deux églises ont été incendiées. Une autre église a été ravagée par les flammes dans la ville de Gouré (est), de même qu'une résidence appartenant au ministre des Affaires étrangères. UN CINQUIÈME CORPS DÉCOUVERT À ZINDER Le bilan des violences de la veille à Zinder s'est alourdi à cinq morts après la découverte d'un cadavre calciné dans une église incendiée. L'antenne locale du centre culturel franco-nigérien de la ville a également été mise à sac. Dans son dernier numéro, le premier depuis l'attaque contre son siège qui a fait douze morts le 7 janvier à Paris, Charlie Hebdo publie en une, sous le titre "Tout est pardonné", une caricature du prophète Mahomet, la larme à l'oeil et tenant un panneau "Je suis Charlie". Cette une a suscité la colère de musulmans qui considèrent que la représentation du prophète est un blasphème. D'autres rassemblements ont eu lieu après les grandes prières du vendredi dans des pays comme le Mali, le Sénégal ou la Mauritanie. A Alger, des heurts se sont produits à la fin d'une manifestation contre le journal. Des violences se sont également produites au Pakistan. (voir ID:nL6N0UV41Z ) Les 17 millions d'habitants du Niger sont musulmans à quelque 80%. Le gouvernement, laïc, a réussi, avec l'aide des influentes organisations soufies modérées, à éviter que le pays ne soit le théâtre d'une insurrection islamiste comme au Nigeria et au Mali. Ces dernières années cependant, le nombre de manifestations organisées par des associations musulmanes radicales a progressé, principalement sur des questions sociales. (Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.