1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La CNIL plaide pour un « code de la route » de la reconnaissance faciale
Le Monde15/11/2019 à 05:59

Même si le gendarme français de la vie privée n'exclut aucun usage de cette technologie, y compris les plus intrusifs, il défend, dans une note inédite, une utilisation minimale et très encadrée.

Alors que les questions sur la reconnaissance faciale se font plus prégnantes et les velléités gouvernementales en la matière plus précises, le gendarme français de la vie privée cherche à se faire entendre. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) publie, vendredi 15 novembre, un document inédit dans lequel elle détaille ce qu'elle estime être les règles du jeu du débat public à venir autour de cette technologie.

L'autorité indépendante chargée de la protection des données personnelles sent que les choses s'accélèrent et n'aimerait pas être ignorée. A l'échelon local, des expérimentations ont déjà été menées à Nice ou Marseille. Dans les colonnes du Monde, le secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O, s'est déclaré favorable à la multiplication des expériences. L'Etat travaille également, en dépit des réserves exprimées par la CNIL, sur un dispositif d'identification par reconnaissance faciale, Alicem, destiné aux sites Internet de service public.

Lors d'un colloque organisé le 7 novembre à Paris, le préfet responsable de l'intelligence artificielle (IA) au ministère de l'intérieur, Renaud Vedel, a plaidé en faveur d'« un cadre juridique pour la recherche et le développement » en matière d'IA, sujet qui inclut la reconnaissance faciale. Les industriels, quant à eux, souhaiteraient trouver des débouchés pour leurs technologies et lorgnent la Coupe du monde de rugby de 2023 ainsi que les Jeux olympiques de 2024, tous deux organisés en France. Le cadre juridique en vigueur demeure cependant très rigide : il interdit la manipulation de données biométriques (l'image du visage en fait partie), interdiction qui ne peut être contournée que de manière très limitée.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer