1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La charge du PS contre Merkel, «chancelière de l'austérité»
Le Parisien27/04/2013 à 01:38

La charge du PS contre Merkel, «chancelière de l'austérité»

Angela Merkel en prend pour son grade ce vendredi. Dans un projet de texte appelant à la «bataille de la réorientation» qu'elle vient de déposer, la direction du PS se montre particulièrement sévère envers la chancelière allemande. Angela Merkel y est qualifiée de... «chancelière de l'austérité» dotée d'une «intransigeance égoïste». De quoi raviver les accusations de germanophobie qui avaient un temps agité la campagne présidentielle? L'UMP pointe en tout cas, une nouvelle fois, la dégradation de la relation franco-allemande.

Long d'une vingtaine de pages, ce document -sur lequel a travaillé en particulier Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l'Europe- doit être soumis à l'approbation du bureau national du PS mardi 30 avril, avant d'être débattu par les militants socialistes et présenté enfin à la Convention du parti sur l'Europe, le 16 juin. Relevant que François Hollande a engagé depuis son élection «la bataille de la réorientation» en Europe, le texte fait valoir que la France «porte désormais cette vision et entraîne avec elle de nombreux peuples».

Le texte souligne que le «redressement économique et social de l'Europe passe par le retour de la croissance et la fin de l'austérité». Des propos de la même teneur que ceux des ministres Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Cécile Duflot ou, plus récemment encore, du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, qui a appelé à la «tension», à la «confrontation» avec l'Allemagne dans une interview au «Monde», jeudi. Ce même jour, le premier secrétaire du PS Harlem Désir estimait qu'il fallait «changer ces politiques qui sont en train de devenir un obstacle à la solidarité européenne»...

«Se confronter politiquement à la droite allemande»

Martelant une volonté de «réorientation», le texte du PS indique, lui : «Les socialistes français veulent l'Europe. Ce qu'ils combattent, c'est l'Europe de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pMCMA
    27 avril12:02

    La ficelle de l'héritage sarkozien - que l'on peut certainement discuter - commençant malgré tout à s'effilocher, il faut bien que les fiers-à-bras du PS se tournent ailleurs. L'Allemagne de Merkel est un bouc émissaire tout trouvé, d'autant plus facile que l'anti-germanisme est toujours à l'état latent en France. Le PS en train d'imploser ? Si seulement c'était vrai, le plus tôt serait le mieux, sans fleurs ni couronnes, on y verrait peut-être plus clair

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer