1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La chanteuse Stone en guerre contre les jeux «barbares» d'un village de l'Allier

Le Parisien03/07/2014 à 12:01

La chanteuse Stone en guerre contre les jeux «barbares» d'un village de l'Allier

Stone a toujours aimé les animaux. Déjà en 1973, dans son titre « Made in Normandie » l'artiste du duo « Stone et Charden » chantait les louanges des canards, vaches et autres bêtes de la campagne. Aujourd'hui porte-parole de l'association de protection animale « Stéphane Lamart », elle s'insurge contre une fête traditionnelle de l'Allier qui met en scène des animaux morts, et dont les photos ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Le 30 juin dernier, la chanteuse a adressé une lettre ouverte au maire de la commune qui accueille l'événement pour lui demander de le faire interdire. 

« Il serait malhonnête de nier qu'il y a un côté barbare dans ce jeu », reconnaît Jacques Terracol, maire de la petite commune d'Arfeuilles, dans l'Allier (03). Depuis 1789, cette localité de 700 habitants, nichée dans la montagne bourbonnaise accueille chaque été, le 15 août, la fête « du cou de l'oie ». Une « sorte de compétition », très ancienne, mêlant sport équestre et tradition folklorique qui a récemment provoqué l'ire des associations de protection animale. 

Sur les photos polémiques, on voit les participants du jeu, à cheval, décapiter des cadavres d'oies, de poules et de lapins suspendus à une corde. « Les oies sont occises avant (?), ça n'a rien à voir avec de la tauromachie, qui est une mise à mort en public », défend le maire d'Arfeuilles, qui refuse pour l'instant d'interdire la manifestation. L'argument ne suffit pas à convaincre Stéphane Lamart, président de l'association de protection animale du même nom, qui dit son éc?urement face à des «divertissements où on banalise la mort d'animaux, réduits au rang de simples objets (...)». 

Si le fait de décapiter publiquement un animal mort ne constitue pas un délit au regard du code pénal, c'est au nom du « respect dû à la vie »que Stéphane Lamart réclame, lui aussi, l'annulation du spectacle. Dans sa lettre du 30 juin, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • derastea
    17 juillet10:20

    La bienpensante a encore frappée. Que faire pour se démarquer quant on a pas plus de succès.

    Signaler un abus

  • crcri87
    11 juillet12:11

    Aucun rapport avec la tauromachie !!

    Signaler un abus

  • nebraska
    09 juillet11:03

    Il faut vraiment être azimuté du ciboulot pour assister à un spectacle de ce genre qui n'a absolument rien de sportif. J'espère au moins qu'ils ne gâchent pas la nourriture ensuite. il n'y a que dans nos pays riche que l'on voit cela....jouer avec la nourriture.

    Signaler un abus

  • M2711013
    04 juillet08:48

    papy988 : Bravo, tout est dit...

    Signaler un abus

  • M2711013
    04 juillet08:47

    Va en Irak, là y a du grain à moudre ! mais bon ça ne sont que des êtres humains qui sont décapités vivants en public...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer