Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La CGT, FO et la gauche de la gauche dans la rue

Reuters05/03/2013 à 13:36

MANIFESTATIONS CONTRE LA RÉFORME DU MARCHÉ DU TRAVAIL

PARIS (Reuters) - Les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, ainsi que la gauche de la gauche, testent leur force mardi face à l'exécutif français dans des manifestations contre la réforme du marché du travail.

Dans une rare démonstration d'unité contre un texte signé le 11 janvier par les organisations patronales et trois autres syndicats de salariés -CFDT, CFTC et CGC- les frères ennemis de la CGT et de Force ouvrière défileront ensemble.

"Nous sommes d'accord sur le diagnostic, la nocivité de ce texte susceptible d'être traduit dans un texte de loi qui va être examiné par le conseil des ministres demain", a dit sur France Inter le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault.

"Dès lors que nous considérons (...) que l'enjeu est beaucoup plus important que toutes les différences qu'on peut avoir, il était nécessaire de réunir nos forces."

Il a émis l'espoir que les 174 manifestations programmées rassembleraient "plusieurs centaines de milliers de personnes".

"Quand on est d'accord, on ne se pose pas de question, on est ensemble, on se bagarre ensemble", a renchéri sur la même radio son homologue de FO, qui juge l'accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier "dangereux et mal écrit".

"Le texte est déjà obligé d'être rectifié parce qu'il n'est pas conforme au code du travail et à certaines conventions internationales", a estimé Jean-Claude Mailly.

Le gouvernement dit avoir fidèlement retranscrit l'accord du 11 janvier, qui vise à renforcer la sécurisation des parcours professionnels en échange d'une plus grande souplesse de gestion accordée aux entreprises. Il sera en vigueur le 1er mai, a assuré lundi le ministre du Travail Michel Sapin.

Le coprésident du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, dont le mouvement participera aux manifestations, a jugé ce texte "dangereux, régressif et antisocial" et estimé sur RTL qu'il était encore possible de faire reculer le gouvernement.

"C'est un accord dit de compétitivité qui reprend en le durcissant ce qu'avait prévu de son côté Nicolas Sarkozy" (le prédécesseur UMP du président François Hollande), a-t-il ajouté.

Comme la CGT et FO, il estime que s'il avait été tenu compte de la loi sur la représentativité syndicale, qui doit entrer en vigueur dans les semaines à venir, l'accord du 11 janvier serait minoritaire et n'aurait "aucune valeur".

ROYAL MET EN CAUSE LE MEDEF

Il a accusé l'équipe gouvernementale actuelle de ne pas avoir été "à la hauteur de sa tâche de gouvernement de gauche" et d'avoir cédé face aux organisations patronales.

Le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, qui devait se joindre à la manifestation parisienne, crie aussi au démantèlement des droits sociaux. Il a estimé sur i>TELE que la journée de mardi ne serait qu'une "première mobilisation".

La décision du gouvernement de transposer à l'identique l'accord du 11 janvier ne passe pas non plus dans l'aile gauche du Parti socialiste, principal parti de la majorité.

Des représentants du courant "Maintenant la gauche" ont fait savoir qu'ils iraient saluer les leaders syndicaux en tête des cortèges. "Est-ce qu'au moment où il y a du chômage, faciliter les licenciements correspond à la bonne réponse pour lutter contre le chômage?" a dit l'un d'eux, Jérôme Guedj, sur Canal+.

La présidente socialiste de la Région Poitou-Charentes Ségolène Royal, récemment nommée vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI), a en revanche défendu l'ANI et accusé le patronat de compliquer la tâche du gouvernement.

"Le Medef a eu tort de clamer je ne sais quelle victoire dans cet accord", a-t-elle déclaré sur France 2. "Ce qui est aujourd'hui sur la table, c'est un accord gagnant-gagnant."

La gauche du PS aurait réagi autrement "si le Medef n'avait pas eu cette imprudence et cette maladresse de crier victoire pour des raisons sans doute électorales internes", a-t-elle estimé -allusion à la bataille de Laurence Parisot pour rester à la tête de la première organisation patronale française. "C'est tout à fait regrettable. Il faut que le Medef se calme."

La droite devrait partiellement apporter à la majorité les voix de gauche qui risquent de manquer au Parlement.

L'ancien ministre UMP Benoist Apparu, aujourd'hui dans l'opposition, a dit sur Radio Classique qu'il voterait "très probablement" le projet de loi, même s'il le juge "trop faible" et "trop timide" pour résoudre la crise du chômage.

"Une bonne partie des parlementaires du groupe UMP va voter ce texte", a-t-il ajouté, tout en estimant que la journée de manifestation de mardi révélait des "désaccords très lourds au sein de la gauche".

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.