Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La CAN en Égypte : un peu de foot et beaucoup de sécurité
Le Point19/07/2019 à 06:10

C'est la cinquième fois que l'Égypte organise la Coupe d'Afrique des nations (après 1959, 1974, 1986 et 2006). Cette année, huit ans après la révolution qui a précipité la chute du régime Moubarak et ramené au pouvoir l'armée, la sécurité est apparue comme la principale, voire la seule préoccupation des organisateurs. Face à la menace d'attentats et la crainte d'agitation politique dans les gradins, la fébrilité des autorités égyptiennes n'a jamais été aussi visible. Près de 15 000 policiers ont été affectés à la sécurisation des huit stades où se sont déroulés les matches depuis le 21 juin. Deux jours après la désignation de l'Égypte comme pays hôte en janvier dernier, quatre généraux égyptiens ont créé la société African Security and Guard Company (ASGC). Elle a recruté en urgence 4 000 stadiers, s'est équipée de dizaines de drones et a investi dans des technologies de reconnaissance faciale pour surveiller au plus près les mouvements de supporteurs dans les gradins.Lire aussi CAN 2019 : le défi sécuritaire que l'Égypte va devoir releverHôte pendant un mois de 24 équipes africaines et de centaines de journalistes étrangers, l'Égypte a voulu à tout prix donner l'image d'un pays sous contrôle et 100 % sécurisé. Jusqu'à l'excès. « Lors des premiers matches, on était fouillé tous les dix à vingt mètres, il fallait venir 3 à 4 heures avant le début et on était confiné dans des zones sans...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer