Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Bundesbank prend la défense du billet de 500 euros

Reuters03/03/2016 à 18:00
    LONDRES, 3 mars (Reuters) - La Bundesbank allemande a pris 
jeudi la défense du billet de 500 euros, rejetant les arguments 
selon lesquels il facilite le financement du terrorisme 
international et jugeant que son retrait de la circulation 
reviendrait à retirer un peu de "liberté" aux citoyens.  
    La Banque centrale européenne (BCE) a déclaré le mois 
dernier envisager l'abandon du billet de 500 euros en expliquant 
que sa valeur faciale, l'une des plus élevées au monde, 
permettait aux criminels de transporter facilement des montants 
importants.  
    "J'ai des doutes sur le fait que des terroristes ou d'autres 
criminels pourraient être empêchés de commettre des actes 
illégaux en plafonnant l'argent liquide ou en supprimant les 
dénominations les plus élevées", a déclaré Carl-Ludwig Thiele, 
membre du directoire de la banque centrale allemande, lors d'une 
conférence organisée par la London School of Economics.  
    "Il faut aussi se poser la question des idées sur lesquelles 
s'appuient ce genre de propositions: les citoyens ne doivent pas 
faire l'objet d'une suspicion permanente", a-t-il ajouté.  
    "Si on commence à remettre en cause ce genre de règles 
fondamentales, il faut prendre garde aux risques et aux 
conséquences, et garder à l'esprit le fait que la liberté meurt 
toujours à petit feu." 
    L'hypothèse d'une disparition du billet de 500 euros, dont 
la valeur faciale est plus de cinq fois supérieure à celle de la 
plus haute dénomination des billets américains, le billet de 100 
dollars, suscite le mécontentement en Allemagne, où les 
consommateurs restent très attachés aux paiements en liquide.  
    La première économie d'Europe disposait, avant le passage à 
l'euro, d'un billet de 1.000 deutschemarks.  
    Le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré mi-février 
que l'institution étudiait la possibilité de supprimer le billet 
de 500 euros en expliquant qu'il était "de plus en plus perçu 
comme un outil pour des activités illégales".   
    Certains observateurs soupçonnent derrière cette démarche 
une volonté de la BCE de décourager les épargnants de conserver 
des sommes importantes en liquide au moment où sa politique 
monétaire peine à relancer le crédit et la consommation.  
 
 (Marc Jones et Karin Strohecker; Marc Angrand pour le service 
français, édité par Juliette Rouillon) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.