Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Bundesbank plaide pour une réglementation mondiale du bitcoin
Reuters15/01/2018 à 18:18

LA BUNDESBANK PLAIDE POUR UNE RÉGLEMENTATION MONDIALE DU BITCOIN

LA BUNDESBANK PLAIDE POUR UNE RÉGLEMENTATION MONDIALE DU BITCOIN

FRANCFORT (Reuters) - Tout projet visant à réglementer les cryptomonnaies comme le bitcoin doit se faire à l'échelle mondiale, car des règles nationales ou régionales seraient difficiles à appliquer dans un environnement virtuel sans frontières, a déclaré lundi un responsable de la Bundesbank.

Les autorités nationales à travers le monde, et en particulier en Asie, ont tenté de freiner l'essor du bitcoin et d'autres monnaies virtuelles, devises sous forme numérique créées et gérées par leurs utilisateurs et qui n'ont le soutien d'aucun gouvernement.

Mais Joachim Würmeling, membre du directoire de la banque centrale allemande, estime que des règles nationales pourraient avoir du mal à contenir ce phénomène mondial.

"Une régulation efficace des monnaies virtuelles ne serait donc possible que grâce à la plus grande coopération internationale possible, car le pouvoir réglementaire des Etats-nations est évidemment limité", a-t-il fait valoir lors d'un événement à Francfort.

L'année dernière, les autorités chinoises de régulation ont interdit de lever des fonds par émissions de jetons digitaux (initial call offerings ou ICOs), fermé des plates-formes locales d'échanges de cryptomonnaie et limité le "minage" du bitcoin (procédé de création par lequel les transactions sont sécurisées). Cela n'a pas empêché l'activité de poursuivre son développement sur des canaux alternatifs en Chine.

La Corée du Sud, où la spéculation sur les cryptomonnaies est également répandue, travaille sur des projets visant à interdire les échanges de monnaies virtuelles.

Les Etats membres de l'Union européenne et les parlementaires européens se sont mis d'accord le mois dernier pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme sur les plates-formes d'échange du bitcoin et autres monnaies virtuelles.

La France de son côté a demandé à la présidence argentine du G20 d'organiser un débat au sommet d'avril 2018 sur la régulation du bitcoin.

Le bitcoin a vu sa valeur passer de 1.000 dollars début 2017 à près de 20.000 dollars fin décembre, avant de réduire ses gains. Lundi, il s'échangeait à 14.058 dollars vers 16h25 GMT, en repli de près de 2,94% sur la journée.

(Francesco Canepa; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlcbnb
    16 janvier07:41

    d'un côté, nous avons les états qui font de l'impression de papiers et achètent leurs emprunts propres (autofinancement), de l'autre, des particuliers achètent de la monnaie électronique. Cela montre la méfiance des particuliers envers leurs monnaies.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer