Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Belgique a jusqu'à lundi soir pour soutenir l'accord CETA-sce

Reuters23/10/2016 à 18:55
 (Actualisé avec réactions, précisions) 
    par Alastair Macdonald et Philip Blenkinsop 
    BRUXELLES, 23 octobre (Reuters) - L'Union européenne a donné 
à la Belgique jusqu'à lundi soir pour décider si elle soutient 
ou pas l'accord de libre-échange avec le Canada (CETA), sans 
quoi la cérémonie de signature, prévue jeudi prochain, sera 
annulée, a-t-on appris dimanche de source européenne. 
    Les 28 pays membres de l'UE soutiennent cet accord 
commercial transatlantique, mais la Belgique ne peut donner son 
feu vert sans avoir le soutien de ses cinq composantes 
fédérales. Or, le Parlement de la région belge francophone de 
Wallonie, a rejeté l'Accord économique et commercial global 
(CETA, selon son acronyme anglais) le 14 octobre dernier. 
  
    Le ministre-président de Wallonie, Paul Magnette, a déclaré 
samedi qu'il attendait de nouvelles propositions de la 
Commission européenne.  
    Les négociateurs de l'UE s'activent tous azimuts pour tenter 
d'apaiser les craintes de la Wallonie avant la date limite de 
lundi soir, fixée par le Premier ministre canadien Justin 
Trudeau pour décider s'il prend ou pas l'avion pour Bruxelles, 
dit-on de sources proches du dossier. 
    "La Commission travaille non stop pour trouver une 
solution", a twitté dimanche la commissaire européenne chargée 
du Commerce Cecilia Malmström. "Nous espérons désormais que la 
Belgique mènera cette affaire à bonne fin". 
    Paul Magnette a suggéré que le sommet Canada-Union 
européenne de jeudi soit reporté pour que les négociateurs 
puissent se donner plus de temps. "Un ultimatum n'est pas 
compatible avec l'exercice de la démocratie", a-t-il déclaré 
dimanche selon la radio-télévision belge, la RTBF. 
    Le Premier ministre belge Charles Michel doit rencontrer les 
régions belges lundi après-midi, toujours selon la RTBF. 
    Pour obtenir un soutien de la Wallonie, les négociateurs de 
l'UE proposent de modifier la déclaration politique annexée au 
projet de traité CETA, dit-on de source européenne. 
    La Commission européenne "comprend que la Belgique ait 
besoin d'un peu de temps", dit-on dans l'entourage de l'exécutif 
européen où l'on souhaite apparemment éviter de fixer une date 
limite susceptible de provoquer la colère des Wallons. 
    Certains dirigeants européens estiment que la Wallonie a 
voté non au CETA pour se donner une marge de manoeuvre en 
matière de politique intérieure belge. "Il s'agit avant tout 
d'une affaire interne à la Belgique", dit-on dans l'entourage de 
la Commission. 
    L'ancien Premier ministre belge et président du Parti 
socialiste wallon, Elio Di Rupo, un des principaux opposants au 
CETA, a estimé qu'il était peu probable que le traité soit signé 
la semaine prochaine. 
    "Il a fallu des années pour négocier le CETA et on nous 
refuse quelques semaines", a-t-il tweeté dimanche. 
"Parviendrons-nous à une solution ? Tout dépend du contenu. S'il 
ne change pas suffisamment, nous maintiendrons notre 
opposition."     
    Donald Tusk, le président du Conseil européen, 
s'entretiendra lundi soir avec Charles Michel, le Premier 
ministre belge, de façon à pouvoir dire au Premier ministre 
canadien, Justin Trudeau, s'il doit prendre la peine de se 
déplacer à Bruxelles, a-t-on dit.  
    "Si Michel dit qu'il n'est pas en mesure de confirmer que la 
Belgique pourrait signer jeudi, alors nous n'aurons pas de 
sommet", commente-t-on à Bruxelles. 
 
 (Avec Alissa de Carbonel à Bruxelles et Joseph Nasr; Tangi 
Salaün et Danielle Roquuié pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.