Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE rouvre ses guichets aux banques grecques

Reuters22/06/2016 à 21:04
 (Actualisé avec décision de la BCE) 
    par Balazs Koranyi 
    FRANCFORT, 22 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne 
(BCE) a rétabli mercredi l'accès des banques grecques à ses 
opérations habituelles de refinancement, ce qui leur permettra 
de se passer des liquidités d'urgence plus onéreuses dont elles 
dépendent depuis plus d'un an. 
    La BCE a ajouté qu'elle se pencherait ultérieurement sur la 
question de l'éventuelle inclusion de la dette souveraine de la 
Grèce dans son programme d'assouplissement quantitatif (QE), qui 
passe par des rachats de titres pour un montant mensuel de 80 
milliards d'euros. 
    Cette décision de la BCE constitue une étape importante vers 
un retour à une forme de normalisation pour une économie 
toujours en récession, qui a bénéficé l'an dernier d'un 
troisième plan de sauvetage depuis 2010 pour 86 milliards 
d'euros et reste soumise à un contrôle des capitaux. 
    La mesure, qui entrera en vigueur mercredi prochain, est 
aussi l'une des premières conséquences concrètes de l'adoption 
par Athènes de nouvelles réformes, qui ont déjà permis le 
versement par le Mécanisme européen de stabilité (MES) d'une 
enveloppe de 7,5 milliards d'euros d'aides financières. 
    La BCE dit "reconnaître l'engagement du gouvernement grec 
dans la mise en oeuvre du programme d'ajustement 
macro-économique du Mécanisme européen de stabilité et s'attend 
en conséquence à la poursuite du respect de cette condition". 
    Les banques grecques n'ont plus accès aux opérations 
habituelles de refinancement de la BCE depuis le début de l'an 
dernier, une décision prise alors que leur pays, dont la 
richesse a fondu d'un quart depuis 2007, semblait jouer son 
avenir au sein de la zone euro.  
    La Grèce étant notée en catégorie spéculative ("junk") par 
les principales agences de crédit, la BCE faisait auparavant 
bénéficier son secteur bancaire d'une exemption à ses propres 
règles, celles-ci lui interdisant d'accepter des titres mal 
notés en garantie en échange de la fourniture de liquidités. 
    C'est cette exemption que la BCE a décidé de rétablir 
mercredi après l'adoption par le gouvernement d'Alexis Tsipras 
de nouvelles réformes portant entre autres sur les retraites et 
les privatisations pour obtenir une nouvelle aide des créanciers 
du pays. 
     
    64,8 MILLIARDS D'EUROS DE LIQUIDITÉS D'URGENCE 
    Lors de son audition par une commission du Parlement 
européen mardi, le président de la BCE, Mario Draghi, a salué 
les efforts réalisés par la Grèce. 
    La BCE a dit mercredi qu'elle "examinera(it) (...) à un 
stade ultérieur" de possibles rachats de dette souveraine 
grecque en fonction notamment des progrès accomplis pour rendre 
la dette de la Grèce viable. 
    "Le rétablissement par la BCE de l'exemption pour les actifs 
grecs pourrait bénéficier aux principales banques grecques en 
terme de revenu net d'intérêt à hauteur, au maximum, de 80 
millions d'euros - environ 60 millions après impôt - en fonction 
de l'éligibilité des actifs grecs et du niveau de décote 
imposé", estime le courtier grec Euroxx.  
    "De notre point de vue, ce sera essentiel pour la réduction 
des coûts de financement des banques grecques qui, avec 
l'assouplissement progressif du contrôle des capitaux, devrait 
contribuer au retour des dépôts dans le système, qui est 
capital", ajoute-t-il.  
    L'exemption de la BCE ne résout pas pour autant la totalité 
des problèmes des banques grecques: celles-ci ne disposent que 
de montants limités d'actifs éligibles comme garantie auprès de 
la BCE et ne pourront pas réduire fortement leur recours à la 
"fourniture de liquidité d'urgence" (ELA) de la BCE, sollicitée 
à hauteur de 64,8 milliards d'euros au total.  
    Si la BCE ne publie pas de données précises sur les 
modalités de l'ELA, on estime que le taux d'intérêt moyen de 
celle-ci est supérieur de 100 à 150 points de base au taux de 
refinancement de la banque centrale, actuellement nul. 
 
 (Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.