Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La bataille du stationnement à Paris

RelaxNews19/07/2012 à 13:49

La bataille du stationnement à Paris

(AFP) - Paris a perdu en dix ans plus de 15% de places de stationnement en surface, politique assumée par la municipalité mais qui suscite la grogne de certains habitants et des conducteurs de passage.

Trouver une place pour garer sa voiture à certaines heures et dans certains quartiers de Paris peut relever de l'exploit... Et pour cause, il y en a de moins en moins.

Depuis 2001, 23.000 places de stationnement en surface ont été supprimées dans Paris, "transformées", selon la Mairie, "pour répondre à différentes exigences", notamment à "une mutation des usages des Parisiens".

Couloirs de bus, stations Vélib', places pour les deux-roues, et plus récemment stations Autolib'... Tout un espace autrefois dédié au stationnement désormais affecté à ces nouveaux usages.

Selon les chiffres de la Mairie de Paris, 154.000 places de stationnement sont actuellement disponibles en surface mais si on y ajoute les places "dans les immeubles privés et parkings, moins visibles mais bien là", le total s'élève à plus de 800.000.

Reste que si le trafic automobile a baissé de près de 20% en 10 ans dans la ville et que seulement 40% des ménages parisiens disposent d'une voiture aujourd'hui, "il y a parfois des endroits où c'est un peu difficile de trouver une place", reconnaît-on à la Mairie de Paris.

"Certains sont alors tentés de se garer là où ils n'ont pas le droit, sur les places handicapés par exemple, sur les places livraison. Cela peut parfois devenir anarchique", confie une source policière.

Une pétition circule d'ailleurs sur le net "pour une augmentation rapide et significative" du nombre de places de stationnement dans Paris.

Procédures

"Ras-le-bol de ne plus pouvoir garer sa voiture à Paris ! Suffit de se prendre un PV parce qu'on ne trouve pas de place pour faire une course de 10 minutes dans son quartier", peut-on lire dans cette pétition au rayonnement encore intime avec un peu plus d'une centaine de signataires.

"Franchement c'est un cauchemar pour arriver à se garer à Paris, ça en devient scandaleux. Cela fait partie de la politique de la ville de dégoûter les automobilistes à se déplacer en voiture", s'étrangle l'auteur de cette pétition qui souhaite rester anonyme.

Certaines places sont réquisitionnées autour des ministères, des ambassades ou de certains grands axes stratégiques de la capitale, resserrant encore un peu plus le parc. Ces réquisitions sont du ressort de la préfecture de police de Paris.

Récemment, un habitant du VIIe arrondissement, un quartier où se concentrent ministères, ambassades et services de l'Etat, excédé par la réduction drastique du nombre de places en raison de ces réquisitions, a remporté une petite victoire.

Le tribunal administratif a en effet retoqué début juillet trois arrêtés préfectoraux, annulant ainsi la réquisition d'une centaine de places.

"Il s'agit uniquement de réquisitions pour faciliter l'organisation des ministères ou des ambassades, et pas pour des questions d'ordre public", a expliqué à l'AFP cet habitant Benoît Guyot. "D'ailleurs d'autres arrêtés sont actuellement attaqués devant le TA", prévient-il.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.