1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Banque mondiale prédit une récession prolongée en Russie
Reuters01/04/2015 à 16:25

MOSCOU, 1er avril (Reuters) - La Russie est face à un risque de récession prolongée en raison de l'impact persistant des sanctions internationales et du bas niveau des cours du pétrole, écrit la Banque mondiale dans un rapport publié mercredi. L'organisation s'attend à voir le produit intérieur brut du pays se contracter de 3,8% en 2015 et de 0,3% l'année suivante. Les perspectives de croissance à moyen terme sont mauvaises, la Russie devant "s'ajuster à la nouvelle réalité des prix du pétrole et à l'environnement des sanctions", a expliqué Birgit Hansl, économiste pour la Russie à la Banque mondiale, en présentant le rapport. Le précédent rapport, en décembre dernier, était moins pessimiste puisqu'il prévoyait une contraction de 0,7% cette année et une croissance de 0,3% en 2016. Les nouvelles prévisions se basent sur l'hypothèse d'une hausse modérée des prix du pétrole, vers 53 dollars le baril cette année et 57 dollars en 2016. Selon un scénario plus optimiste, avec un baril autour de 65,5 dollars cette année et 68,7 dollars l'année suivante, le PIB russe se contracterait de 2,9% en 2015 avant de progresser de 0,1% en 2016, dit le rapport. Les sanctions imposées à Moscou pour son rôle dans le conflit ukrainien auront un effet durable même si elles sont levées parce qu'elles se traduisent par un assèchement des investissements, souligne la Banque mondiale, qui pointe également du doigt le risque d'une aggravation du déficit budgétaire du pays. (Alexander Winning; Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • LeRaleur
    01 avril15:40

    La Banque Mondiale est à la solde des USA, donc aucun intérêt.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer