Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La baisse du ratio de dette de la France repoussée d'un an

Reuters08/02/2012 à 19:50

LE DÉFICIT DU BUDGET DE L?ÉTAT

PARIS (Reuters) - Le projet de budget rectificatif présenté mercredi prévoit que le déficit de l'Etat français atteindra 84,9 milliards d'euros fin 2012 et que le ratio de dette publique baissera en 2014, avec un an de retard par rapport à l'objectif précédent.

Hors participation de la France au Mécanisme européen de stabilité, qui doit soutenir les Etats de la zone euro en difficulté (6,5 milliards d'euros), le déficit serait de 78,4 milliards cette année.

La trajectoire actualisée prévoit une dette publique à 89,1% du PIB fin 2012, 89,3% en 2013, 88,3% en 2014, 86,2% en 2015 et 83,0% en 2016.

Les engagements français de réduction du déficit public sont confirmés, à 4,5% du PIB fin 2012 et 3% en 2013. Le gouvernement prévoit ensuite de le réduire d'un point par an pour atteindre l'équilibre en 2016 pour la première fois depuis 1974.

Le déficit public (qui comprend le déficit de l'Etat, les comptes sociaux et ceux des collectivités locales) à fin 2011 devrait être inférieur à l'objectif de 5,7%, selon le gouvernement.

Favori des sondages, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, s'est lui aussi engagé à ramener le déficit à 3% fin 2013. Il vise l'équilibre en 2017.

LE PLUS DUR RESTE À FAIRE

La Cour des comptes, qui certifie les comptes publics, a estimé qu'à peine 10% de l'effort total qui doit permettre de ramener à zéro le déficit structurel de la France avait été réalisé l'an dernier, dans son rapport annuel publié mercredi.

Son premier président, Didier Migaud, a souhaité que les moyens conditionnant l'atteinte des objectifs de réduction du déficit public soient précisés.

Il a par ailleurs invité les autorités à réduire de 15 milliards d'euros les niches fiscales, ces dérogations qui amputent les recettes publiques.

"Il faut que notre pays s'éloigne aussi rapidement que possible de la zone dangereuse dans laquelle il est entré en raison de son niveau d'endettement", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Pour le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le socialiste Jérôme Cahuzac, "le rapport confirme que la gestion des finances publiques par Nicolas Sarkozy ces cinq dernières années fut imprévoyante et dangereuse".

"Imprévoyante car nous atteignons un endettement qui est extrêmement préoccupant et dangereuse pour le pays car, à ce niveau d'endettement, c'est notre souveraineté nationale qui est cause."

Selon la ministre du Budget, Valérie Pécresse, au contraire,

"nous n'avons jamais été aussi crédibles pour tenir nos engagements de déficit à 4,5% du PIB".

"Nous avons eu une très bonne gestion 2011, exceptionnelle, qui nous a permis de prendre de l'élan et d'être en avance pour 2012 ce qui nous rend sereins", a-t-elle ajouté.

Le déficit budgétaire de l'Etat s'est établi l'an dernier à 90,8 milliards d'euros, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Budget.

Il est inférieur de plus de 4,5 milliards d'euros à la prévision budgétaire, ce qui devrait ramener le déficit public en deçà de l'objectif de 5,7% du PIB fin 2011.

Matthias Blamont et Jean-Baptiste Vey, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.