Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La baisse des APL des locataires HLM validée

Reuters16/12/2017 à 12:15

LA BAISSE DES APL DES LOCATAIRES HLM VALIDÉE

PARIS (Reuters) - La baisse des aides personnalisées au logement (APL) des locataires du parc social a été entérinée dans la nuit de vendredi à samedi dans le projet de loi finances 2018 adopté en nouvelle lecture par les députés.

Après une nouvelle lecture au Sénat mardi, le texte devrait être adopté de manière définitive jeudi prochain par l'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot.

D'un montant de 60 euros par mois en moyenne, cette baisse sera doublée d'une réduction équivalente des loyers. Cette "réduction de loyer solidarité" vise à parvenir d'ici trois ans à une économie de 1,5 milliard d'euros, selon les voeux du gouvernement, qui promet que le pouvoir d'achat des locataires du parc social ne sera en aucun cas entamé.

Mercredi, la question a divisé les représentants de l'habitat social lors de l'élaboration d'un protocole d'accord avec le gouvernement.

Deux fédérations représentant près de la moitié du secteur, celle des entreprises sociales pour l'habitat (ESH), qui administre 39% du parc social, et celle des sociétés d'accession à la propriété, ont signé ce texte sur une "réforme ambitieuse du secteur".

Détentrice de 41% du parc social, la Fédération des offices publics pour l'habitat (FOPH) a pour sa part refusé de s'associer à l'accord, jugé "inacceptable" et a fixé à 350 millions d'euros la limite acceptable des économies.

"La baisse d'APL via la réduction de quittance prévue par le PLF sera de 800 millions d'euros en 2018, 800 millions d'euros en 2019 et 1,5 milliard en 2020", précise le protocole d'accord. Le gouvernement tablait précédemment sur une baisse des APL de 1,2 milliard en 2019.

En 2018, les 700 millions manquant pour arriver à une économie de 1,5 milliard d'euros ont vocation à être tirés d'un relèvement du taux de TVA appliquée aux opérations passées par les bailleurs sociaux, de 5,5% à 10%.

COUPE GÉNÉRALISÉE

Pour éviter que ceux qui comptent une proportion élevée de locataires bénéficiant de l'APL ne pâtissent démesurément de la mesure, la mise en place d'un système de "péréquation" par le biais de la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS) est prévue.

Des compensations de l'ordre de 700 millions qui incluent le gel pour deux ans à son niveau actuel du taux du livret A, dont la collecte sert à financer le logement social, sont promis par le gouvernement. Ainsi que le déblocage de six milliards d'euros de prêt à taux fixe ou taux zéro pour construire de nouveaux logements sociaux.

Adopté vendredi par les députés en nouvelle lecture, le projet de loi de finances pour 2018 intègre les modalités de ce protocole.

Depuis le 1er octobre, une baisse générale de cinq euros par mois des APL a d'ores et déjà été appliquée. Emmanuel Macron avait appelé "tous les propriétaires à baisser les loyers de cinq euros" au titre de la responsabilité collective, avant que son Premier ministre, Edouard Philippe, ne reconnaisse que ce recul généralisé n'était "pas intelligent".

Des centaines de manifestants ont protesté dimanche dernier dans 21 villes contre ces coupes à l'appel du collectif "Vive l'APL !", qui dénonce des "économies sur le dos des locataires et des mal-logés".

Une conférence de consensus pour le logement a été lancée mercredi au Sénat en lien avec les offices de l'habitat social. Elle devrait se conclure fin janvier, en vue de la présentation du projet de loi sur le logement en mars 2018.

Dans une note publiée mercredi, l'agence de notation Moody's estimait que "les annonces récentes en matière de politique du logement locatif sont considérées, au regard de l'analyse du risque de crédit, comme influant négativement sur l'environnement dans lequel opèrent les acteurs du logement social".

"La solidité du cadre institutionnel contribuera néanmoins à soutenir leur profil de crédit", ajoutait cependant Moody's. En septembre, l'agence S&P avait pointé les risques du plan logement pour un office HLM, Maisons & Cités.

(Julie Carriat, avec Emile Picy et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.