Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'US Army admet avoir bombardé par erreur l'hôpital MSF à Kunduz

Reuters06/10/2015 à 21:27

(Actualisé avec précisions, Campbell sur les effectifs, officier afghan) par Yeganeh Torbati et Patricia Zengerle WASHINGTON, 6 octobre (Reuters) - L'armée américaine a bombardé par erreur samedi dernier l'hôpital de Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, a reconnu mardi le général John Campbell, commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan. L'attaque aérienne dans cette ville proche de la frontière tadjike, où les forces afghanes et leurs alliés affrontaient des taliban, a fait 22 morts. La présidente de MSF International, Joanne Liu, a déclaré mardi que le bombardement de l'hôpital constituait un "crime de guerre". Entendu par la commission des Forces armées du Sénat, le général Campbell a souligné que la décision de frapper cette cible avait été prise au sein de la chaîne de commandement des forces américaines. "Même si les Afghans ont requis ce soutien, il doit néanmoins passer par une rigoureuse procédure américaine", a-t-il dit. "Un hôpital a été frappé par erreur. Nous n'aurions jamais visé intentionnellement une installation médicale protégée." Il a précisé que des membres des forces spéciales américaines dans le secteur de Kunduz étaient en liaison avec les appareils qui ont mené l'attaque. Lors de cette audition au Sénat, le général Campbell s'est prononcé pour un réexamen du plan qui prévoit le retrait d'ici la fin de l'année de presque toutes les forces américaines présentes en Afghanistan. Il a expliqué que les menaces représentées par l'Etat islamique et Al Qaïda justifiaient de réfléchir à nouveau aux effectifs qu'il faudrait laisser dans ce pays. "Les conditions sur le terrain ont changé depuis 2014", a-t-il dit. La Maison blanche a annoncé que le département américain de la Défense enquêtait sur le raid de samedi. Barack Obama souhaite que des mesures soient prises pour que ce genre d'incident ne se reproduise pas, a dit le porte-parole de la présidence, Josh Earnest. MSF VEUT UNE ENQUÊTE INDÉPENDANTE Le gouvernement afghan du président Ashraf Ghani s'est gardé de critiquer directement les Etats-Unis. Le commandant des forces spéciales afghanes à Kunduz, Abdullah Guard, a déclaré que ses soldats avaient été pris sous le feu des taliban près de l'hôpital. "Il est possible que nos forces aient demandé une frappe aérienne contre les positions ennemies, mais cela ne voulait pas dire d'aller bombarder l'hôpital", a-t-il déclaré à Reuters. Pour Joanne Liu, les déclarations du gouvernement afghan selon lesquelles les taliban utilisaient l'hôpital pour tirer sur les forces de la coalition démontrent que l'établissement n'a pas été touché par erreur. "Ces déclarations signifient que les forces afghanes et américaines (...) ont décidé de raser complètement un hôpital pleinement opérationnel, ce qui revient à admettre un crime de guerre", a-t-elle estimé dans un communiqué. MSF réclame une enquête "transparente et indépendante" sur ce bombardement, en insistant sur la responsabilité des Etats-Unis. "Leur description de l'attaque ne cesse de changer, du dégât collatéral à un incident tragique et désormais une tentative de faire retomber la responsabilité sur le gouvernement afghan", s'est indigné lundi le directeur général de MSF, Christopher Stokes. ID:nL8N12539V Mego Terzian, président de Médecins sans Frontières France, a exigé mardi que les "frappeurs" reconstruisent l'hôpital. "Il faut rouvrir rapidement un hôpital. Il ne faut pas faire plaisir aux frappeurs. Il faut même leur demander de le reconstruire", a-t-il dit lors d'une audition par la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française. (Avec Doina Chiacu et Stephanie Nebehay; Tangi Salaün, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français, avec Emile Picy)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.