1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Union européenne suspend ses sanctions contre la Biélorussie
Reuters29/10/2015 à 15:09

BRUXELLES, 29 octobre (Reuters) - L'Union européenne a annoncé jeudi la suspension, pour quatre mois, de ses sanctions à l'encontre de la Biélorussie et notamment de celles prononcées contre son président autoritaire Alexandre Loukachenko. La décision de l'UE a été influencée par une évolution du régime qui va dans le bon sens aux yeux des occidentaux, indiquent des diplomates. Des prisonniers politiques ont été graciés et la réélection de Loukachenko ce mois-si n'a pas été suivie de répression. Dans son communiqué confirmant sa décision, l'UE note un "contexte d'amélioration des relations UE-Biélorussie". Sont suspendus pendant quatre mois le gel des avoirs et l'interdiction de voyager qui avaient été édictés à l'encontre de 170 personnes physiques et de trois "entités" en Biélorussie. La décision de suspension des sanctions sera publiée au Journal officiel de l'UE vendredi et prendra effet samedi. Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a été réélu le 11 octobre avec plus de 80% des suffrages. ID:nL8N12C005 L'embargo concernant les armes reste en place. Les sanctions n'ont pas été suspendues pour quatre membres des services de sécurité du président Loukachenko, soupçonnés d'être impliqués dans la disparition d'opposants politiques. Le régime des sanctions fera l'objet d'un nouvel examen fin février. Les sanctions pourraient être rétablies en cas de détérioration de la situation en matière de droits de l'homme en général et de liberté de la presse en particulier, laisse entendre l'UE dans son communiqué. (Robin Emmott; Danielle Rouquié pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer