Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Union européenne étale ses divisions sur la Turquie

Reuters14/11/2016 à 15:29
    par Gabriela Baczynska 
    BRUXELLES, 14 novembre (Reuters) - L'Union européenne a 
étalé lundi ses divisions sur la Turquie et les purges 
effectuées par le président Recep Tayyip Erdogan, l'Autriche 
appelant ses partenaires à rompre les négociations d'adhésion 
avec Ankara contre l'avis du Royaume-Uni, favorable au maintien 
de liens étroits avec le pays musulman. 
    Dans un discours prononcé à Ankara au moment même où se 
réunissaient à Bruxelles les chefs de la diplomatie des 
Vingt-Huit, Recep Tayyip Erdogan a dit envisager de soumettre 
l'an prochain à référendum la question de l'adhésion à l'UE. Il 
n'a pas exclu de consulter également les électeurs sur un 
éventuel rétablissement de la peine de mort.   
    La Turquie a suspendu, limogé ou arrêté plus de 110.000 
personnes depuis le coup d'Etat manqué du 15 juillet imputé aux 
partisans du prédicateur turc installé aux Etats-Unis Fethullah 
Gülen.  
    "Je ne suis pas pour la poursuite des négociations 
d'adhésion et je suis convaincu que cette Turquie-là n'a pas sa 
place dans l'Union européenne", a déclaré le ministre autrichien 
des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, à son arrivée à 
Bruxelles. 
    Le secrétaire au Foreign Office Boris Johnson, partisan de 
la sortie du Royaume-Uni de l'UE, a pris le contrepied de son 
homologue autrichien en refusant les "réactions excessives 
contraires à nos intérêts collectifs".  
     
    "PAS LE MOMENT D'AGGRAVER LES CHOSES" 
    En dépit d'attaques contre les droits de l'homme et la 
liberté de la presse que l'UE juge "préoccupantes", le Bloc a 
besoin d'Ankara pour freiner les arrivées de migrants et 
réfugiés sur son territoire.  
    L'accord conclu en mars dernier par la Turquie et l'UE, bien 
que dénoncé par les organisations humanitaires, a largement 
réduit le flux des migrants transitant par la Grèce.  
    Si le Luxembourg partage la position autrichienne, les poids 
lourds allemand et français estiment qu'une rupture des 
négociations avec Ankara ferait plus de mal que de bien.  
    "Nous ne sommes absolument pas en vue de cette étape (de 
rompre les négociations)", note un diplomate. "Ce n'est pas le 
moment d'aggraver les choses, de les heurter. C'est vraiment à 
la Turquie de décider si elle veut poursuivre ou non son 
rapprochement avec l'UE." 
    Des diplomates ont déclaré que Boris Johnson s'était 
prononcé pendant la réunion pour l'établissement d'une relation 
transactionnelle avec Ankara. Ils en ont déduit que les droits 
de l'homme n'avaient à ses yeux qu'une importance secondaire.  
    Federica Mogherini, la haute représentante de l'UE pour les 
affaires étrangères, a répondu que le dossier de candidature de 
la Turquie serait automatiquement annulé en cas de 
rétablissement de la peine capitale, ont ajouté ces diplomates, 
y voyant la volonté de Londres d'accorder la priorité aux 
affaires, quelle que soit la situation des droits de l'homme. 
    "C'est la nouvelle réalité post-Brexit et Londres ne peut 
être que conforté dans cette posture par l'élection de Donald 
Trump aux Etats-Unis", a déclaré un diplomate. "C'est une 
attaque contre les valeurs européennes." 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.