1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L?Union européenne adopte les carburants marins moins soufrés

Commodesk02/11/2012 à 11:01

(Commodesk) Le Conseil de l'Union européenne a adopté, le 29 octobre, le texte mettant en œuvre de nouvelles normes sur les carburants maritimes. L'objectif est de transposer dans le droit européen les règles les plus récentes de l'Organisation maritime internationale (OMI) sur la teneur en soufre des combustibles marins.

Le taux de soufre maximal sera fixé à 1% jusqu'au 31 décembre 2014, puis à 0,1% à partir du 1er janvier 2015, dans les « zones de contrôle des émissions de SO2 », qui comprennent principalement la Manche, la mer du Nord et la mer Baltique.

Hors de ces zones, la norme de l'OMI, qui fixera à 0,5% contre 1,5% actuellement la teneur maximale en soufre, sera contraignante dans les eaux de l'Union européenne à partir de 2020.

Etant donné les coûts supplémentaires qui affaibliront la compétitivité du secteur, par rapport notamment au secteur terrestre, le Conseil précise que les Etats membres seront autorisés à accorder des aides aux opérateurs.

Les carburants marins à haute teneur en soufre contribuent à la pollution de l'air, ce qui affecte la santé humaine et contribue à l'acidification, rappelle le Conseil.

Les armateurs, via la Chambre internationale de la marine marchande (ICS), s'inquiètent de leur côté de la capacité des raffineurs à produire dès 2020 des volumes suffisants de carburants correspondant aux normes. Une étude sur le sujet sera menée par l'OMI en 2018, une date jugée par les armateurs trop tardive pour laisser aux raffineurs le temps de réagir et d'investir.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer