Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UMP veut un remaniement complet du gouvernement

Reuters03/04/2013 à 23:41

LA DROITE DÉNONCE UNE CRISE DANS LA CHAÎNE DE COMMANDEMENT DE LA FRANCE

PARIS (Reuters) - François Hollande n'a pas levé les doutes sur l'attitude et le rôle de l'exécutif socialiste dans l'affaire Jérôme Cahuzac, a déclaré mercredi la droite, qui dénonce "une grave crise dans la chaîne de commandement" de la France.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé que le chef de l'Etat devait "changer complètement son gouvernement, son Premier ministre et ses ministres".

Le centriste François Bayrou a appelé pour sa part François Hollande à avoir "le courage de se tourner vers le peuple pour qu'il exprime par référendum sa volonté de mettre un terme aux dérives qui l'indignent chaque jour davantage".

Le président du MoDem a annoncé lors d'une conférence de presse le lancement d'une pétition pour obtenir une loi de moralisation de la vie publique.

François Hollande est intervenu à la télévision pour assurer que l'ex-ministre du Budget n'avait bénéficié d'aucune protection et annoncer une série de mesures de moralisation de la vie politique, au lendemain des aveux de Jérôme Cahuzac sur la détention d'un compte bancaire à l'étranger.

"Je prends bonne note des déclarations du président de la République, mais j'observe que rien dans ce qu'il a proposé, aussi légitime soit-il, rien n'aurait en réalité permis d'en connaître plus et d'éviter le mensonge auquel s'est livré Jérôme Cahuzac", a répondu Jean-François Copé lors d'une intervention au siège de l'UMP.

"Je réitère donc ce qui relève des questions qu'aujourd'hui tous les Français se posent : François hollande était-il au courant, Jean-Marc Ayrault était-il au courant, et ce depuis quand? Idem pour un certain nombre de responsables du gouvernement", a-t-il ajouté, visant implicitement le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici.

"Ce qui apparaît aux yeux de tous, c'est une grave crise dans la chaîne de commandement de notre pays, et c'est aussi là dessus que François Hollande doit s'expliquer devant les Français", a estimé le président de l'UMP.

En fin de journée, lors d'un déplacement à La Baule (Loire-Atlantique), Jean-François Copé a réclamé un remaniement complet.

L'UDI DEMANDE UNE COMMISSION D'ENQUÊTE

"La seule issue possible, la seule, est qu'un remaniement gouvernemental de grande ampleur, Premier ministre y compris, permette à François Hollande de redonner un peu de sérénité à notre pays, de changer de politique", a-t-il insisté.

L'opposition a ensuite interpellé le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sur ce thème mercredi après-midi lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Pour Christian Jacob, chef de file des députés UMP, François Hollande "n'a absolument pas pris la mesure de la situation".

"On a eu droit à des réponses de diversion sur des sujets qui peuvent avoir leur importance mais simplement qui n'ont rien à voir", a-t-il dit dans les couloirs de l'Assemblée.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est que le doute est permis et le président de la République devait nous éclairer, devait répondre à cette question. Il sait bien que tout le monde se la pose. Depuis quand est-ce qu'il avait l'information?", s'est interrogé Christian Jacob.

Le problème, a jugé le député UMP de Paris Claude Goasguen, ce n'est pas le mensonge de Jérôme Cahuzac, "ce sont des dysfonctionnements très graves de l'Etat, censé savoir qui fraude le fisc".

Selon lui, Pierre Moscovici doit en tirer les conséquences et "démissionner dans les plus brefs délais". "Sinon nous aurons une poussée de populisme", a-t-il dit.

Le groupe UDI (centriste) de l'Assemblée, que préside Jean-Louis Borloo, a demandé mercredi la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le "fonctionnement de l'action du gouvernement et des services de l'Etat entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013".

C'est le 4 décembre dernier que le site Mediapart a révélé l'existence d'un compte à l'étranger de l'alors ministre délégué au Budget et c'est le 2 avril que Jérôme Cahuzac est passé aux aveux.

Sophie Louet avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.