Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UMP tente de panser ses blessures

Reuters20/11/2012 à 14:31

JEAN-FRANÇOIS COPÉ, PRÉSIDENT DE L'UMP

PARIS (Reuters) - Les ténors de l'UMP ont entrepris mardi de panser leurs blessures et d'écarter le spectre d'un schisme après la lutte fratricide pour la présidence du principal parti d'opposition remportée par Jean-François Copé contre François Fillon.

Au terme de 24 heures d'âpres contestations et de confusion, Jean-François Copé a été proclamé lundi soir président de l'UMP avec 98 voix d'écart et a invité l'ancien Premier ministre à le "rejoindre".

François Fillon, que les sondages donnaient vainqueur, a déclaré prendre acte du résultat et annoncé qu'il n'opposerait pas de recours malgré "de nombreuses irrégularités".

Mais il n'a pas saisi la main tendue de Jean-François Copé, qui, à 48 ans, signe un succès politique de bon augure pour ses ambitions élyséennes, et a déploré "une fracture politique et morale" à l'UMP, laissant planer le doute sur son avenir.

Le vainqueur a proposé à l'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy de devenir son numéro deux en lui offrant une vice-présidence de l'UMP.

"Ça serait la moindre des choses", a-t-il déclaré à la presse, indiquant avoir laissé un message sur le répondeur du grand perdant de cette consultation.

La réponse des soutiens de François Fillon qui, à 58 ans, voit ses ambitions présidentielles écornées, n'a pas tardé : "C'est grotesque", a dit Eric Ciotti, son directeur de campagne, dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

L'ancien chef du gouvernement, qui n'a pas participé mardi à la réunion du groupe UMP à l'Assemblée, a dit qu'il ferait connaître "dans les jours qui viennent" la forme de son engagement politique pour l'avenir.

François Fillon et ses proches, qui se sont réunis mardi matin à l'Assemblée nationale, n'envisagent toutefois pas de quitter le principal parti d'opposition.

Eric Ciotti a déclaré mardi que le député de Paris n'était "pas du tout" dans une démarche sécessionniste.

PAS DE "SUICIDE" DE FILLON

Le député UMP Jacques Myard, un de ses soutiens, a voulu définitivement clore le débat sur le départ de François Fillon.

"S'il part, il se suicide", a-t-il déclaré à Reuters. "Il est clair qu'il va rester et qu'il va faire entendre sa musique. La messe est dite, il y a eu élection, il y a un perdant et un gagnant. Aucun des deux ne peut se permettre de casser la baraque, sinon c'est la Bérézina."

Pour Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée et soutien de Jean-François Copé, le parti est maintenant uni.

"Tous se sont exprimés pour appeler à l'unité et au rassemblement, pour dire que le président de l'UMP c'était Jean-François Copé et que maintenant il fallait se mettre au travail", a-t-il déclaré après la réunion de son groupe.

La situation à l'UMP risque toutefois d'avoir des répercussions importantes sur le paysage politique français.

François Hollande peut espérer gagner un répit grâce aux déchirements de l'opposition et le résultat serré de l'élection laisse toutes les options ouvertes pour un retour éventuel de Nicolas Sarkozy.

Selon l'entourage de ce dernier, Jean-François Copé a appelé lundi soir l'ancien chef de l'Etat, dont il a fait sa principale référence, et ce dernier l'a "félicité". Nicolas Sarkozy a également eu François Fillon au téléphone, a-t-on précisé.

Les centristes et l'extrême droite estiment quant à eux qu'ils peuvent tirer un grand profit des tiraillements de l'UMP.

"Ce parti est aujourd'hui fracturé, un parti fracturé c'est par définition un parti qui est très affaibli", a déclaré sur France Info Marine Le Pen. "Je pense que nous avons de beaux jours devant nous."

"Parler de fracture morale, c'est en creux accuser l'autre camp d'immoralité, ce n'est tout de même pas rien pour l'avenir", a-t-elle dit en allusion aux propos de François Fillon, prédisant "quatre années d'enfer" à l'UMP.

Dans Le Monde, le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Louis Borloo, considère que les bisbilles de l'UMP et sa "droitisation" sous Jean-François Copé sont une chance pour la famille centriste.

"La coalition de l'UDI et de l'UMP est nécessaire pour bâtir l'avenir", estime-t-il. "Il y a deux visions, deux équipes. Celle de Jean-François Copé et la nôtre. L'opposition a désormais deux leaders."

Yves Clarisse, avec Chine Labbé et Emile Picy, édité par Marc Angrand

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.