Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UMP tente d'incarner une opposition unie face à Hollande

Reuters25/01/2014 à 18:17

L'UMP TENTE D'INCARNER UNE OPPOSITION UNIE FACE À FRANÇOIS HOLLANDE

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - A deux mois des élections municipales, les dirigeants de l'UMP ont affirmé samedi un front uni face à une majorité impopulaire, mais les divisions qui se sont ravivées à la faveur du tournant social-démocrate de François Hollande et les rivalités internes compliquent singulièrement l'oeuvre de "reconquête".

Les avertissements se sont multipliés à la tribune du conseil national de l'UMP, le "Parlement" du parti d'opposition réuni à Paris, pour mettre en garde contre un délitement suicidaire du parti alors que le Front national menace.

"2017, oh 'pécaïre', nous avons le temps d'y arriver. D'ici là, soyons unis, soyons solidaires!", a souligné avec sa faconde méridionale le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin.

Les prétendants déclarés ou putatifs à la primaire de 2016, à l'exception notable d'Alain Juppé, se sont donc affichés ensemble, sans "petites phrases", tandis que le plus éminent d'entre eux, Nicolas Sarkozy, distille les indices d'un retour.

Jean-François Copé et François Fillon, les duellistes de l'élection de l'automne 2012 à la direction du parti, assis à côte à côte, ont adressé à l'unisson des messages de rassemblement.

"L'UMP de 2014 n'est plus celle de la triste année 2012", a lancé son président, Jean-François Copé. "Il y aura toujours la tentation pour tel ou tel de marquer sa différence (...) Mais rien ni personne ne pourra empêcher l'UMP d'avancer chaque jour un peu plus que la veille, inexorablement, à la reconquête de la confiance des Français."

Pour l'ancien Premier ministre François Fillon, arrivé tardivement, "rien ne serait pire que d'aller vers les élections en ordre dispersé, en charriant nos amertumes et en protégeant nos arrière-gardes".

"LE DÉMON DE LA DIVISION"

"La ligne rouge, c'est la division", a martelé Jean-Pierre Raffarin en fustigeant les attaques ad hominem. "Drôle de façon de mener la guerre en tirant sur ses officiers!"

"La diversité, elle sert le parti; la division, elle sert l'adversaire. Il faut s'arrêter entre les deux", a-t-il lancé, ajoutant qu'une scission du parti mettrait "le FN devant".

L'ancien ministre Xavier Bertrand, candidat déclaré à la primaire d'investiture avec François Fillon, s'est présenté en "militant de l'unité".

"Nous ne devons jamais renouer avec le démon de la division (...) Les petites phrases et les flèches, adressez-les à la gauche et à François Hollande!", a-t-il ajouté.

Signe de la fragilité de cette unité sans cesse proclamée, les têtes de liste pour les élections européennes, dont la désignation a été source de conflits, ont été ratifiées à 74% alors que les listes pour les municipales l'ont été à 91%.

Une Haute autorité de neuf membres, présidée par la juriste Anne Levade qui avait veillé aux suites procédurales de l'élection interne de novembre 2012, a également été désignée pour organiser les primaires.

Un projet d'alternance, une ébauche de programme suspendue à la compétition de 2016, a été adopté à plus de 90%.

Si consensuelle soit-elle, aux dires de la direction du parti, cette série de mesures (économie, sécurité, justice, éducation, immigration, laïcité...) a rouvert des failles au sein de "la famille rassemblée".

Les questions de société, dont Hervé Mariton, responsable du projet, concède qu'elles divisent au sein du parti, ont été renvoyées à l'après-municipales.

LE PACTE HOLLANDE EBRANLE L'UMP

Au chapitre économique, l'UMP préconise une sortie définitive des 35 heures, le report de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans à l'horizon 2023, une baisse drastique de la dépense publique, ramenée à 50% du PIB (56,4% en 2012) en cinq ans avec 130 milliards d'euros d'économies.

Baisse des charges sociales, TVA anti-délocalisations, incitations à l'épargne productive, création d'un contrat de travail unique, simplification du Code du travail, dégressivité des allocations chômage: l'UMP veut résorber le chômage en "libérant" les entreprises et en combattant l'assistanat.

Mais le "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande aux entreprises, auxquelles il promet une nouvelle baisse du coût du travail en échange d'embauches, a ébranlé la stratégie du parti.

Certains, comme Jean-François Copé, Xavier Bertrand ou Brice Hortefeux, fustigent la "mascarade" présidentielle tandis que d'autres, à l'image de Bruno Le Maire ou François Baroin, disent "Chiche", avec des réserves, au chef de l'Etat.

"La ficelle est énorme", estime le président de l'UMP, qui presse le Medef de ne pas tomber dans "le piège" et de souscrire aux réformes radicales portées par le parti d'opposition.

Trop radicales pour l'ancien ministre de l'Economie François Baroin, qui n'a pas voté le projet, ou encore l'ancien Premier ministre Alain Juppé, qui n'entend pas le cautionner.

"Je n'ai pas le sentiment d'être 'ultralibéral' comme certains se sont égarés à le dire. (...) Il s'agit de prendre des décisions courageuses", a plaidé Jean-François Copé.

édité par Henri-Pierre André


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.