Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UMP s'efforce de resserrer ses rangs

Reuters25/05/2012 à 16:45

L'UMP s'efforce de resserrer ses rangs

PARIS (Reuters) - Les appels à l'apaisement se multiplient à l'UMP après le brusque accès de tension provoqué par l'entrée en lice de François Fillon pour la présidence du parti, convoitée également par Jean-François Copé, son rival de longue date.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé joue les pacificateurs en renouvelant ses appels à l'unité dans le Figaro de vendredi.

"La question du leadership à l'UMP n'est pas de saison. Elle se posera à l'automne. Pour le moment, toutes les énergies doivent tendre vers les élections de juin", souligne-t-il.

François Fillon a ravivé la querelle des egos en annonçant qu'il prendrait toute sa part dans la compétition pour la présidence de l'UMP, privée selon lui de "leader naturel" depuis la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle.

L'actuel secrétaire général de l'UMP a feint de ne pas s'en offusquer, affirmant qu'il n'était "pas de cette bataille-là". "Hypocrisie", a répliqué l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé laisse le registre des attaques à l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati, ennemie jurée de François Fillon depuis que ce dernier a décidé de briguer un siège de député dans la circonscription parisienne qu'elle visait.

Après avoir qualifié l'ancien Premier ministre de "déloyal" et "ingrat", la maire du VIIe arrondissement de Paris l'a accusé vendredi sur France 2 de prendre le risque d'une défaite de la droite aux législatives des 10 et 17 juin.

"Ces propos qui divisent démobilisent notre électorat mais aussi nos militants et nos sympathisants qui sont exaspérés par ceux qui persistent à diviser, simplement pour leur intérêt personnel", a-t-elle déclaré.

Henri Guaino, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a prôné "l'apaisement"

FILLON LARGEMENT PRÉFÉRÉ À COPÉ

"Nous verrons après les élections, le moment venu, qui incarnera le mieux l'avenir de cette famille politique. Pour l'instant, que chacun fasse campagne", a-t-il commenté sur France Info.

"Tout le monde devrait prendre sur lui, ne pas s'énerver à tout bout de champ", a-t-il dit.

Pour l'ex-UMP Rama Yade, vice-présidente du Parti radical, "ce combat de coqs manque un peu de dignité". "Ce qui est important, c'est que face à la gauche, la droite, le centre n'apparaissent pas divisés".

Le Parti socialiste, par la voix de son numéro deux Harlem Désir, a ironisé sur une "guerre des chefs" qui rappelle selon lui "les pires épisodes d'un feuilleton de télé-réalité".

"Ils sont déjà dans une espèce de primaire sauvage pour 2017", a-t-il estimé sur Radio Classique et Public Sénat, évoquant la prochaine élection présidentielle.

"Ils prétendent imposer une cohabitation à la tête de l'Etat et ils ne sont même pas capables de supporter leur propre cohabitation au sein de l'UMP", a-t-il ajouté.

L'échéance de 2017 attise les ambitions au sein de la majorité sortante, où les prétendants se nomment - pour l'instant - François Fillon, Jean-François Copé ou Nathalie Kosciusko-Morizet.

Dans son "avertissement", Alain Juppé, qui n'a pas renoncé à faire partie de la compétition, souligne que le futur président de l'UMP "ne doit pas se présenter comme le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017". "L'unité du parti n'y résisterait pas".

Aux termes des statuts du parti, les militants à jour de cotisation - estimés à 250.000 - sont appelés à élire le président de l'UMP lors d'un congrès qui doit se réunir avant le 15 novembre.

Selon un sondage BVA pour Orange, RTL et la presse régionale diffusé vendredi, les Français plébiscitent à 37% François Fillon, qui apparaît comme le "recours" à droite, pour prendre les rênes de l'UMP. Viennent ensuite Alain Juppé (26%), Nathalie Kosciusko-Morizet (13%) et Jean-François Copé, qui ne recueille que 10%.

Sophie Louet et Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.