Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UMP plongée en plein psychodrame

Reuters19/11/2012 à 19:23

L'UMP TOUJOURS SANS PRÉSIDENT

PARIS (Reuters) - L'UMP est plongée en plein psychodrame après que les deux rivaux pour la présidence du principal parti d'opposition ont revendiqué la victoire, dans l'attente d'une éventuelle proclamation du résultat définitif lundi.

L'actuel secrétaire général du parti Jean-François Copé et l'ancien Premier ministre François Fillon ont répété lundi matin qu'ils se considéraient comme vainqueurs de ce scrutin qui risque de diviser durablement l'UMP en deux camps.

La Commission de contrôle des opérations électorales (Cocoe) a repris lundi au siège de l'UMP ses opérations de comptage, interrompues dans la nuit, chaque camp disant attendre que sa victoire soit "confirmée".

"C'est l'existence même de l'UMP qui est en cause", a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères Alain Juppé sur i>TELE, appelant à la fin du "bal des ego".

Mais les deux concurrents n'entendent pas jeter l'éponge dans cette compétition, affirmant par soutiens interposés que l'avenir du principal parti de droite n'est "pas en danger".

"Je constate que je suis majoritaire dans un nombre considérable de départements. Je constate que je suis en tête", a déclaré Jean-François Copé sur BFM TV.

Peu avant 17H00, alors que la Commission devait encore vérifier les résultats du scrutin dans une dizaine de départements, l'équipe de Jean-François Copé estimait avoir plus de 800 voix d'avance.

Les "fillonistes" donnaient quant à eux des résultats partiels sur 94.000 inscrits, faisant état de 2.600 voix d'avance pour l'ancien Premier ministre et estimant avoir au total environ 200 voix d'avance.

Parmi les départements qui doivent encore être examinés par la Cocoe figurent les plus litigieux, notamment les Alpes-Maritimes. En attendant qu'elle tranche, chaque camp s'accuse de manipulations.

ACCUSATIONS MUTUELLES

Jean-François Copé a ainsi demandé que les résultats de quatre bureaux de vote (2 à Nice, 1 à Cannes et 1 dans le XVIe arrondissement de Paris) ne soient pas comptabilisés en raison de soupçons de fraude, parlant de "bourrage d'urnes".

L'équipe de l'ancien Premier ministre, qui n'a déposé aucun recours spécifique, affirme de son côté que ces départements sont les plus favorables à leur candidat et dénonce des irrégularités dans certaines circonscriptions, notamment des taux de procurations "anormalement élevés".

Les bulletins ont été recomptés lundi dans certaines circonscriptions, notamment à Mulhouse, Vichy et dans l'Essonne, selon un proche de Jean-François Copé.

François Fillon était le grand favori des sondages, réalisés sur des panels de sympathisants et non de militants du parti que Jean-François Copé dirige depuis 2010.

Dans cette formation, créée en 2002 par la fusion du RPR et de l'UDF, les deux branches de la droite française, ce vote très serré préfigure le combat pour la candidature à l'élection présidentielle de 2017, qui fera l'objet de primaires.

Deux lignes se sont affrontées dans ce scrutin.

Jean-François Copé, 48 ans, chantre d'une droite "décomplexée", s'est inscrit dans les pas de Nicolas Sarkozy et a redit sa "fidélité" à l'ex-président battu le 6 mai dernier par François Hollande.

François Fillon, 58 ans, s'est quant à lui posé en rassembleur, se distinguant subtilement de Nicolas Sarkozy dont il est néanmoins resté le Premier ministre pendant cinq ans.

Le vote intervient alors que le Parti socialiste, qui détient tous les leviers de commande nationaux et locaux, traverse une période d'impopularité croissante.

JUPPÉ VEUT CALMER LE JEU

Les ténors de l'UMP ont tenté de calmer le jeu lundi matin pour mettre fin le plus rapidement possible aux déchirements internes du principal parti d'opposition, tandis qu'au siège de l'UMP, on évoquait une ambiance "sereine" au sein de la Cocoe.

L'ancien président de l'Assemblée Bernard Accoyer a proposé sur BFM TV d'instaurer, en cas de litige persistant, un collège présidé par un "sage" du parti pour trancher.

Un recours après l'annonce d'un résultat définitif ne semble officiellement envisagé par aucun des deux camps. "Il pourra y avoir des recours ici ou là sur certains bureaux", a estimé Franck Riester, soutien de Jean-François Copé, mais d'après lui, ils ne sauraient remettre en cause le nom du vainqueur.

Resté à l'écart de la bataille, l'ancien Premier ministre Alain Juppé, premier patron de l'UMP en 2002, a appelé les deux camps à se rapprocher.

Mais les deux camps rejettent l'idée d'un "chaos" à l'UMP et estiment que cette phase "technique" n'empêchera pas l'unité du parti une fois les résultats définitifs proclamés, rappelant que le Parti socialiste a connu des épisodes similaires.

En 2008, au congrès de Reims, Martine Aubry l'avait emporté de très peu à la tête du Parti socialiste aux dépens de Ségolène Royal - qui avait revendiqué la victoire d'emblée - à l'issue d'un scrutin contesté entaché de soupçons de fraudes.

Chine Labbé, avec Thierry Leveque et Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.