1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UMP et le PS s'accusent l'un l'autre de mentir sur les impôts

Reuters14/03/2012 à 18:54

L'UMP ET LE PS S'ACCUSENT L'UN L'AUTRE DE MENTIR AUX FRANÇAIS SUR LES IMPÔTS

PARIS (Reuters) - L'UMP et le PS s'accusent l'un l'autre de mentir aux Français sur les futures hausses d'impôts, à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Le parti de Nicolas Sarkozy juge que l'idée de François Hollande de taxer à 75% les revenus au-delà d'un million d'euros masque un "matraquage des classes moyennes".

Le Parti socialiste accuse quant à lui Nicolas Sarkozy de mentir sur les efforts qu'il prévoit de demander aux Français s'il est réélu.

La bataille fiscale s'est encore accentuée avec la promesse de Nicolas Sarkozy d'imposer les "exilés" fiscaux, une promesse qui laisse les fiscalistes dubitatifs.

"Dans le programme fiscal du PS, il y a une sorte de rideau de fumée", a déclaré mercredi Gilles Carrez (UMP), rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

"Il y a une supercherie pour masquer, derrière ce paravent des '75%', le fait que l'essentiel des 12 milliards d'euros qu'il recherche sera prélevé au détriment des classes moyennes", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

L'UMP et le PS accusent chacun l'adversaire d'attaquer cette "classe moyenne", un concept flou, l'UMP frappant aussi, selon le PS, les classes populaires, avec la hausse de la TVA à 21,2%.

"LA CRÉDIBILITÉ DE SARKOZY EST NULLE"

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, a souhaité "sortir cette poussière du tapis que François Hollande dissimule soigneusement". "D'un côté, 200 millions d'euros avec une taxation à 75% des plus hauts revenus et, de l'autre, 15 milliards d'euros qui tomberont sur les classes moyennes."

Au PS, le président de la commission des Finances de l'Assemblée, Jérôme Cahuzac, explique que Nicolas Sarkozy ment quand il assure que la quasi-totalité des hausses d'impôts est votée.

"Le candidat sortant ne dit pas la vérité", a-t-il dit à Reuters mardi.

Le président-candidat affirme que seuls 8 milliards d'euros de prélèvements nouveaux manquent à l'appel d'ici 2017, souligne le responsable budget de la campagne de François Hollande, "ce raisonnement est totalement malhonnête".

Selon Jérôme Cahuzac, il manque 25 milliards d'euros dans l'équation de Nicolas Sarkozy car le président sortant compte deux fois les mêmes mesures pour réduire la facture.

Quant à sa mesure sur les "exilés" fiscaux, "le candidat sortant a fait preuve de politiques tellement erratiques que sa crédibilité en la matière est nulle", a dit Jérôme Cahuzac.

Jean-Baptiste Vey et Emile Picy, édité par Yves Clarisse

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2280901
    14 mars18:02

    M4189758 ! : je vote pour vous !! car pas un seul candidat ne parle de baisser le niveau de vie de l'état

    Signaler un abus

  • M4189758
    14 mars17:08

    JPi - Tenir jusqu’à l’élection et après moi le déluge, c'est le programme de l'UMP. De la gauche - Devenir président et proposer les mêmes suicides économiques qu'en 81 . Je vote pour la fin des abus: 1-Fin des guerres 2- Fin des 35 h , 3 - Plafonnement des retraites payées par l’état , 4 - Réduction (-20%) des salaires de la fonction publique européenne , 5 - Fin des niches fiscales, 6 - Taxation des parachutes dorés, des primes, des salaires mirobolants, bonus.

    Signaler un abus

  • dream42
    14 mars17:06

    Deux menteurs....qui ne cherche qu'une seule chose le pouvoir....et certainement pas l'intéret des français.

    Signaler un abus

  • M4189758
    14 mars17:06

    JPi - Les potaches sont lachés et sont les seuls à n'avoir pas compris que des augmentations d'impôts, taxes ou prélèvements de tous poils ne résoudra pas le problème de la dette du pays. Nous ont attend. 90 Mrds rien que pour stabiliser la dette que font nos polis tiques? Tac! De vrais zozos.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.