Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UMP, dans l'embarras, penche vers le "ni-ni" dans le Doubs

Reuters02/02/2015 à 20:14

* Le candidat UMP éliminé au premier tour dans le Doubs * Le refus du "front républicain" semble majoritaire à l'UMP (Actualisé avec commentaires, détails) PARIS, 2 février (Reuters) - Embarrassée par l'élimination de son candidat au premier tour de l'élection législative partielle du Doubs, l'UMP penche vers une stratégie "ni front républicain, ni front national" qui ne fait cependant pas l'unanimité à droite. La candidate du FN, Sophie Montel, est arrivé en tête dimanche avec 32,6% des suffrages, devant son adversaire socialiste, Frédéric Barbier (28,85%). L'UMP croyait aux chances de son poulain, Charles Demouge, dans cette 4e circonscription du Doubs marquée par la crise, où il s'agit de donner un successeur à l'ex-ministre socialiste de l'Economie, Pierre Moscovici, parti à la Commission européenne. Les électeurs, la gestion des attentats djihadistes de début janvier, qui a redoré le blason du Parti socialiste, et l'abstention (plus de 60%) en ont décidé autrement, même si le scrutin a aussi été marqué par une chute du PS : Charles Demouge n'a obtenu que 26,54% des suffrages. Comme à chaque fois dans ce type de circonstances, la gauche, PS en tête, appelle tous les électeurs "républicains" à faire barrage au parti d'extrême droite. Les centristes de l'UDI en ont fait autant par la voix de leur président, Jean-Christophe Lagarde. A quelques individualités près, l'UMP s'en remet à la décision, mardi, de son bureau politique et de son président, Nicolas Sarkozy. Sans attendre cette réunion, plusieurs personnalités de premier plan du principal parti d'opposition de droite ont cependant rejeté l'idée d'appeler à voter pour le candidat PS. L'ancien ministre Luc Chatel, conseiller politique de Nicolas Sarkozy, a ainsi déclaré sur iTELE que le "front républicain" n'était pas pour lui une option. "Les électeurs vont avoir le choix entre le Front national et le parti qui fait monter le Front national. C'est un peu compliqué", a-t-il déclaré. "Le Front national n'est pas une voie mais le Front républicain n'en est pas une autre." NKM POUR LE FRONT RÉPUBLICAIN Bruno Le Maire, ex-rival de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, a également dit "non", sur France Info, au front républicain, qui constitue, selon lui, une "solution de facilité" et "une manière de se défausser". "Je ne choisis pas entre le FN et le PS", a renchéri le secrétaire général de l'UMP Gérald Darmanin, sur Europe 1. Quelques voix se sont bien élevées à l'UMP pour estimer que la priorité était d'empêcher le FN d'avoir un troisième député à l'Assemblée nationale. "Je vote PS pour battre le FN", a ainsi lancé dès dimanche sur twitter l'ancien ministre Dominique Bussereau. La vice-présidente de l'UMP, Nathalie Kosciusco-Morizet, a pour sa part déclaré sur BFM TV qu'elle défendrait mardi, au bureau politique, même si ce n'était pas "de gaîté de coeur", sa préférence pour un vote en faveur du candidat opposé au FN. Elle a admis que c'était une position "plutôt minoritaire" dans sa famille politique mais insisté sur le fait qu'elle n'entendait pas renvoyer dos-à-dos FN et PS. "Le PS désespère la France (...) mais le FN défigurerait la France", a-t-elle expliqué. "Le PS, ce sont des adversaires avec lesquels on débat. Le FN, ils veulent notre mort, rien d'autre. Faire comme si on ne l'avait pas vu (...) je ne le sens pas." La stratégie du "ni ni" avait été arrêtée par Nicolas Sarkozy lors des élections cantonales de 2011, lorsque le FN s'était maintenu dans près de 400 cantons. Pour la première fois depuis 2012, l'UMP est éliminée dès le premier tour d'une élection. Il s'agit de la première défaite électorale du parti d'opposition depuis que Nicolas Sarkozy en a pris la présidence, le 29 novembre dernier. "C'est un coup dur pour Sarkozy, il a complètement raté son retour. Les gens n'en veulent plus. Au groupe (UMP de l'Assemblée-NDLR), 90% des députés en ont assez", a dit à Reuters un député UMP sous le sceau de l'anonymat. (Emmanuel Jarry avec Emile Picy et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.