Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UMP bloque l'examen de la loi sur l'autorité parentale

Reuters22/05/2014 à 14:25

BLOCAGE À L?ASSEMBLÉE SUR LA PROPOSITION DE LOI SUR L?AUTORITÉ PARENTALE

PARIS (Reuters) - Des députés UMP déjà très actifs il y a un an dans la bataille contre le mariage homosexuel sont parvenus à bloquer l'examen à l'Assemblée de la proposition de loi présentée par le PS et les écologistes sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant.

Commencé lundi, l'examen de ce texte composé d'une vingtaine d'articles devait s'achever mardi voire mercredi soir. Mais c'était sans compter sur une partie du groupe UMP qui a déposé environ 600 amendements afin de bloquer l'examen de ce texte.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la séance a dû être levée pour aborder d'autres dossiers inscrits à l'ordre du jour et aucune séance n'est prévue pour vendredi.

Une poignée de députés UMP composée de ceux qui avaient mené bataille contre le mariage pour tous en 2013 ont contribué à ce blocage en dénonçant un texte qui entraînerait selon eux le délitement du modèle familial, dont Daniel Fasquelle.

Ce dernier s'est félicité de cette interruption. "Victoire. Nous avons mis en échec le gouvernement", écrit-il sur Twitter.

"Le gouvernement ne laissera pas tomber ce texte dans les oubliettes de l'obstruction parlementaire", a assuré Laurence Rossignol, la secrétaire d'Etat chargée de la Famille.

"L'adoption de cette proposition de loi pourra être ralentie par les arguments et les comportements les plus réactionnaires mais elle ne pourra être entravée", ajoutent dans un communiqué l'orateur principal du groupe socialiste sur ce sujet, Erwann Binet, et la rapporteure du texte, Marie-Anne Chapdelaine (PS).

Le groupe socialiste de l'Assemblée a indiqué jeudi que l'ordre du jour allait être modifié afin que puisse reprendre "dans les plus brefs délais" l'examen de la proposition de loi, vraisemblablement au mois de juin.

UNE LOI "IDÉOLOGIQUE" ?

Tous les groupes de gauche sont favorables à ce texte. Le groupe UDI (centriste) a annoncé qu'il s'abstiendrait. Seule une partie du groupe UMP est vivement opposé à cette proposition de loi qu'elle qualifie "d'idéologique".

Le texte renforce l'exercice conjoint de l'autorité parentale en cas de séparation des parents et reconnaît la place croissante prise par les tiers, dont les beaux-parents.

Il propose notamment la création d'un "mandat d'éducation quotidienne" permettant l'exercice de l'autorité parentale, pour aller chercher un enfant à l'école ou l'emmener chez le médecin par exemple.

Il serait accordé "au concubin, partenaire ou conjoint avec lequel" l'enfant "réside de façon stable". Mais il devra avoir l'accord de l'autre parent.

Une autre mesure, controversée, instaure la double domiciliation pour les enfants de parents séparés. La résidence de l'enfant serait ainsi "fixée au domicile de chacun des parents".

Quelque 5.500 psychiatres, psychologues et autres professionnels de l'enfance ont lancé une pétition dans laquelle ils affirment que la résidence alternée est "préjudiciable" aux enfants.

La proposition de loi prévoit également une amende de 10.000 euros maximum pour un parent faisant obstacle à l'exercice de l'autorité parentale par l'autre parent. La non-présentation d'un enfant serait passible d'une amende de 135 ou 375 euros.

Il recommande de mieux prendre en considération la parole de l'enfant selon son degré de maturité. Un mineur de 16 ans pourra demander son émancipation auprès du juge des tutelles.

Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes dénonce dans un communiqué "de nombreux articles inacceptables du point de vue des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes".

Il estime que le texte "ne tient pas suffisamment compte du phénomène des violences faites aux femmes, qu'elles soient physiques, sexuelles, économiques et psychologiques commises par des conjoints ou ex-conjoints".

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3365316
    22 mai13:14

    VIVEMENT LUNDI , qu'on voit où se retrouve l'ump ; ça va sentir tres mauvais

    Signaler un abus

  • jeepinv
    22 mai12:31

    Malheureusement, ils débloquent aussi.

    Signaler un abus

  • M940878
    22 mai12:11

    très bien !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.